Accueil > Musique > 2020 > Laura Perrudin - Perspectives & Avatars

Laura Perrudin - Perspectives & Avatars

mercredi 14 octobre 2020, par Marc


Evidemment il y a les violonistes qui ont un talent qui déborde largement le cadre de leur instruments. On vous a déjà parlé ici de Sophie Trudeau, Sarah Neufeld, Catherine Graindorge, Emily Wells ou Jessica Moss. Et puis il y a les harpistes, souvent encore plus pointues. Serafina Steer et Joanna Newsom sont les plus connues, avec une personnalité musicale forte. Il parait qu’on retrouve chez l’artiste française la même propension à se produire seule avec des pédales de loop diverses et variées, ce qui est une caractéristique d’artistes qui assument leur propre univers.

Ce n’est pas de virtuosité instrumentale dont il est question cependant. Parce que c’est la subtilité du chant, cette capacité à ne pas se perdre dans les méandres qui tiennent les premiers rôles. On est donc dans une pop presque expérimentale dont la voix produit la matière première. La sienne jouit d’une belle élasticité qui assure tout ce qu’elle tente ici. Et elle s’entoure d’une collection de collaborateurs vocaux qui complètent bien l’ensemble.

Follow Snow suit les traces d’une St Vincent, ce qui est ambitieux mais pleinement assumé, Annie Clarke étant sans doute la seule absente du dossier de presse qui revendique sans complexe une quinzaine d’artistes de pointe. Mais son caractère aventureux est indéniable, pouvant même jouer d’un peu de distorsion avec un phrasé presque hip-hop. Le corollaire inévitable est une perception bien personnelle et subjective de l’auditeur qui suivra ou pas, tout comme on adhère ou pas (plutôt ou pas pour nous) à Micachu, Deerhoof ou Tune-Yards.

On retrouve même l’inénarrable Philippe Katerine sur Push Me. Il s’agit du chanteur, alors que le guitariste jazz aurait été un choix plus attendu. Cette demande de retour est évidemment pernicieuse et on ne s’éloigne pas de l’absurde féroce de son intervention sur Frère Animal (premier du nom). Elle se lance elle-même en français sur Le Refuge de la Couleur fait penser plutôt à Camille, ce qui est d’une logique presque implacable.

Si les teintes jazz et soul rendent le résultat plus éloigné de nos aspirations personnelles, il faut reconnaître à Laura Perrudin une personnalité certaine et une maîtrise de sa créativité, a vous de voir si ce talent vous parle.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)