Accueil > Critiques > 2020

Mirabelle Gilis & Christophe Miossec - Falaises

lundi 5 octobre 2020, par marc


Transformer l’inaction forcée du confinement en création a été un sacré défi mais certains l’ont relevé avec brio, avec des collaborations qu’on n’attendait pas forcément. Si le nom de Christophe Miossec nous est plus que familier, celui de Mirabelle Gilis réclame un peu plus de présentation. Violoniste aux côtés de Miossec notamment, elle s’est retrouvée privée de tournée avec son autre groupe Les Amirales et elle est à tous les postes ici. Au violon bien sûr mais aussi aux arrangements, à la production mais aussi au chant, elle qui n’avait aucune expérience en la matière.

Comme Christophe Miossec n’est pas toujours compositeur de ses chansons, la qualité des morceaux dépend donc du succès des collaborations. Son fracassant début de carrière était on s’en souvient sous la houlette de Guillaume Jouant et un de ses plus brillantes réussites a été réalisée avec Yann Tiersen.

En est sans doute le morceau le plus déroutant, le plus éloigné des canons de la chanson classique. Les cordes sont soyeuses et fort logiquement tiennent les avant-postes. On est plus proche de la démarche d’un Andrew Bird (ou Camille) que de la chanson française standard et c’est une réussite, l’écriture s’étant faite pointilliste pour l’occasion.

Elle A ressemble plus à ce qu’on est habitués à entendre mais l’accord des voix est impeccable. Ce partage du chant fonctionne aussi sur Tout Ira Bien qui il est vrai a une mélodie qui frappe. Le thème maritime est évidemment bien à sa place avec ces deux Finistériens. Le cachet des textes de Miossec est intact et Trop d’Amour se profile comme un de ses meilleurs morceaux, limpide et poignant à la fois.

C’est une technique bien éprouvée de proposer des échantillons pour convaincre de la qualité d’un produit. Le résultat logique de cet EP produit à la maison et finalement sorti par Columbia est d’en vouloir plus, beaucoup plus. L’alliance d’une forme moins classique et plus classieuse et de l’écriture toujours aux aguets de Miossec fonctionne tellement bien qu’on est loin d’être rassasiés en tous cas.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)