Accueil > Musique > 2020 > Texture Droite - Vibrant Pixel

Texture Droite - Vibrant Pixel

lundi 12 octobre 2020, par Marc


De Texture Droite, on ne connaissait qu’un remix emballant et presque abstrait d’un morceau de Camilla Sparksss. Maintenant, on tient un de nos artistes électroniques favoris de l’année. Sans qu’on puisse expliquer pourquoi, cette façon de faire nous touche, procurant des giclées d’euphories. Sans doute la force d’évocation d’émotions passées, de sons ancrés. Peut-être cette sensation d’être au sein d’un mix de Border Community, le genre d’entêtement qu’a pu aussi nous donner Stephan Bodzin.

Au sein même d’un morceau, il y a des embranchements qui ont tout d’un mix, ce qui est un peu déroutant mais propose une expérience d’écoute en adéquation avec le contenu. Ils arrive à mêler efficacement nappes et rythmes durs mais discrets. A ce niveau, la musique électronique est une science et elle est bien présente ici, usant d’un martèlement discret mais sûr d’A Vibrant Touch Offfff ou alors d’accords mineurs qui distillent l’énergie de la mélancolie (Full Speed On The Wrong Lane). Et puis on fond toujours pour cette façon d’entamer une montée comme on lance une boule au flipper, sans effet de manche mais de façon résolue. Mais les transitons peuvent se faire soit plus brutales (The Long Leap), voire de façon presque imperceptible sur Moved By Few. Ou bien carrément drone le temps d’E.G. An Infrequent Gazing.

On reconnaîtra aussi des sons scratchés un peu distordus qu’on a un peu perdu l’habitude d’entendre et qui plongent Under Harmonic Flurry dans un passé récent, c’est ce qu’on entendra de moins policé ici, pour le meilleur et pour le pire. Retour à plus de classe sur Soft Voices qui comme son nom l’indique utilise des samples de chœurs féminins comme matière première qui vient épauler avec bonheur une vibration qui confine au rassurant bourdonnement.

Vibrant Pixel est un des exemples typiques de ces albums qu’on use sans pouvoir trouver matière à commenter. Alors on essaie quand même, parce que c’est la seule façon d’en laisser une trace de de faire envie. Voilà, l’album est à vous maintenant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)