Accueil > Critiques > 2020

Texture Droite - Vibrant Pixel

lundi 12 octobre 2020, par marc


De Texture Droite, on ne connaissait qu’un remix emballant et presque abstrait d’un morceau de Camilla Sparksss. Maintenant, on tient un de nos artistes électroniques favoris de l’année. Sans qu’on puisse expliquer pourquoi, cette façon de faire nous touche, procurant des giclées d’euphories. Sans doute la force d’évocation d’émotions passées, de sons ancrés. Peut-être cette sensation d’être au sein d’un mix de Border Community, le genre d’entêtement qu’a pu aussi nous donner Stephan Bodzin.

Au sein même d’un morceau, il y a des embranchements qui ont tout d’un mix, ce qui est un peu déroutant mais propose une expérience d’écoute en adéquation avec le contenu. Ils arrive à mêler efficacement nappes et rythmes durs mais discrets. A ce niveau, la musique électronique est une science et elle est bien présente ici, usant d’un martèlement discret mais sûr d’A Vibrant Touch Offfff ou alors d’accords mineurs qui distillent l’énergie de la mélancolie (Full Speed On The Wrong Lane). Et puis on fond toujours pour cette façon d’entamer une montée comme on lance une boule au flipper, sans effet de manche mais de façon résolue. Mais les transitons peuvent se faire soit plus brutales (The Long Leap), voire de façon presque imperceptible sur Moved By Few. Ou bien carrément drone le temps d’E.G. An Infrequent Gazing.

On reconnaîtra aussi des sons scratchés un peu distordus qu’on a un peu perdu l’habitude d’entendre et qui plongent Under Harmonic Flurry dans un passé récent, c’est ce qu’on entendra de moins policé ici, pour le meilleur et pour le pire. Retour à plus de classe sur Soft Voices qui comme son nom l’indique utilise des samples de chœurs féminins comme matière première qui vient épauler avec bonheur une vibration qui confine au rassurant bourdonnement.

Vibrant Pixel est un des exemples typiques de ces albums qu’on use sans pouvoir trouver matière à commenter. Alors on essaie quand même, parce que c’est la seule façon d’en laisser une trace de de faire envie. Voilà, l’album est à vous maintenant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)