Accueil > Musique > 2020 > Róisín Murphy - Róisín Machine

Róisín Murphy - Róisín Machine

mercredi 28 octobre 2020, par Marc


Il y a des artistes qui transcendent un genre, qui peuvent vous donner envie d’écouter des styles qui ne vous parlent pas a priori. Qu’il s’agisse de house chantée ou de disco (ou les deux comme ici), on a toujours suivi
Róisín Murphy, préférant tout de même ses exercices les plus aventureux.

Il y a la voix bien évidemment, mais aussi l’attitude, la joie ineffable qu’elle semble prendre à arborer des looks impossibles. Il n’y a que Björk qui est allé plus loin mais on ne pourrait pas attendre de la diva islandaise de se grimer en Samantha Fox.

How do you dare sentence me/With a lifetime without dancing ?

La musique de Róisín est en effet la dance au sens très large avec un son house qui lui colle maintenant à la peau et des tentations disco spécifiques à ce Rosin Machine. On retrouve ainsi ce groove froid sur Murphy’s Law ou sur le placide et bien engageant morceau initial qui introduit de discrets feulements, poncifs inévitables du genre. Si on peut parler de disco donc, c’est plus une coloration qu’une relecture de morceaux pop avec le son d’époque d’Abba (ce n’est qu’un exemple honni parmi d’autres) parce que le son et le ton restent résolument house.

Cette inclination se retrouve dans des détails, dans la basse insensée de Shellfish Mademoiselle, morceau baigné d’écho, dans la belle densité de cordes de Narcissus à la basse cette fois bondissante ou encore dans le tempo élevé de Jealousy. L’album lui-même est agencé comme un mix, la voix de Murphy servant d’inévitable et salutaire fil d’Ariane. On l’avoue, on n’a pas toujours été d’une attention sans faille sur Something More. Cet agencement sert aussi de cadre à des questionnements presque métaphysiques sur l’amour et sa capacité à le vivre (sur Incapable notamment) et présente un étrange contrepoint. L’hédonisme eighties n’est donc pas de mise ici, ce n’est aucunement un album nostalgique, on n’a compris.

Róisín Murphy a depuis ses débuts avec Moloko ce grain de folie qui transcende les genres, l’éloignant aussi sans doute aussi des succès mainstream. Comme le style pratiqué n’est pas vraiment dans nos favoris, on ne va pas non plus conclure que c’est un album marquant même si retrouver cette artiste nous fait toujours autant plaisir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)