Accueil > Musique > 2020 > Róisín Murphy - Róisín Machine

Róisín Murphy - Róisín Machine

mercredi 28 octobre 2020, par Marc


Il y a des artistes qui transcendent un genre, qui peuvent vous donner envie d’écouter des styles qui ne vous parlent pas a priori. Qu’il s’agisse de house chantée ou de disco (ou les deux comme ici), on a toujours suivi
Róisín Murphy, préférant tout de même ses exercices les plus aventureux.

Il y a la voix bien évidemment, mais aussi l’attitude, la joie ineffable qu’elle semble prendre à arborer des looks impossibles. Il n’y a que Björk qui est allé plus loin mais on ne pourrait pas attendre de la diva islandaise de se grimer en Samantha Fox.

How do you dare sentence me/With a lifetime without dancing ?

La musique de Róisín est en effet la dance au sens très large avec un son house qui lui colle maintenant à la peau et des tentations disco spécifiques à ce Rosin Machine. On retrouve ainsi ce groove froid sur Murphy’s Law ou sur le placide et bien engageant morceau initial qui introduit de discrets feulements, poncifs inévitables du genre. Si on peut parler de disco donc, c’est plus une coloration qu’une relecture de morceaux pop avec le son d’époque d’Abba (ce n’est qu’un exemple honni parmi d’autres) parce que le son et le ton restent résolument house.

Cette inclination se retrouve dans des détails, dans la basse insensée de Shellfish Mademoiselle, morceau baigné d’écho, dans la belle densité de cordes de Narcissus à la basse cette fois bondissante ou encore dans le tempo élevé de Jealousy. L’album lui-même est agencé comme un mix, la voix de Murphy servant d’inévitable et salutaire fil d’Ariane. On l’avoue, on n’a pas toujours été d’une attention sans faille sur Something More. Cet agencement sert aussi de cadre à des questionnements presque métaphysiques sur l’amour et sa capacité à le vivre (sur Incapable notamment) et présente un étrange contrepoint. L’hédonisme eighties n’est donc pas de mise ici, ce n’est aucunement un album nostalgique, on n’a compris.

Róisín Murphy a depuis ses débuts avec Moloko ce grain de folie qui transcende les genres, l’éloignant aussi sans doute aussi des succès mainstream. Comme le style pratiqué n’est pas vraiment dans nos favoris, on ne va pas non plus conclure que c’est un album marquant même si retrouver cette artiste nous fait toujours autant plaisir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)