Accueil > Musique > 2020 > Fleet Foxes - Shore

Fleet Foxes - Shore

lundi 16 novembre 2020, par Marc


Les concerts disponibles sur youtube ne sont pas une mesure absolue du talent d’un groupe mais la maîtrise soufflante dont ils font montre sur cette parfaite captation du Pitchfork festival ne laisse pas de place au doute, c’est un groupe du tout haut du panier. La technique cependant est un moyen et pas un but mais elle est indispensable pour assumer ces morceaux sans qu’ils ne virent à la démonstration. Jamais la complexité ne doit apparaître alambiquée, c’est l’effet, le ressenti qui compte, le reste est cuisine. Et côté salle, on est gâtés.

Si le potentiel était manifeste la première fois qu’on les a vus, un soir de mars 2007 ils ont décollé verticalement peu après avant de revenir confirmer plusieurs années plus tard qu’ils étaient un groupe décidément précieux. Et ce retour planté avec surprise pile au moment de l’équinoxe d’automne est dans la lignée de leur excellence. Certes Wading in Waist-High Water semble une introduction mais les choses sérieuses n’attendent pas avec Sunblind. Ca y est, ils sont revenus et nous sommes venus au rendez-vous (Ma plus belle histoire etc…) pour profiter de leur force tranquille. Si les moyens sont un peu différents, on ne voit guère que Midlake pour à ce point maitriser leur sujet.

La voix de Robin Pecknold est toujours haut perchée quand elle pousse, donnant à Maestranza une bonne dose de soleil et d’altitude et elle reste comme auparavant le point d’articulation de leur musique. Sa voix et celle des autres puisque les choeurs discrets restent un support indispensable. Can I Believe You serait tout autre (et moins bien) sans eux, même s’il peut compter sur de brèves zébrures électriques.

Un groupe qui a vraiment l’air de savoir ce qu’il fait, qui prend des choix artistiques forts que la maîtrise technique jamais ostensible leur permet d’assumer. Et le plus fort, c’est que tout coule de source comme l’apposition d’une mélodie simple et d’un arrangement complexe sur Cradling Mother, Cradling Woman. Et la luxuriance de Jara reste d’une discrétion exemplaire. Si la plage titulaire commence comme une balade plus classique avant de déployer ses ailes, ils peuvent aussi garder la simplicité d’un irrésistible guitare/voix sur I’m Not My Season.

L’émotion point, souvent amenée par cette sensation d’apesanteur ou de climax (Quiet Air / Gioia). Cette apesanteur est sans doute le résultat le plus gratifiant. Ils ne sont pas de ceux qui veulent serrer le coeur mais l’euphorie légère qu’ils suscitent est une récompense. En 2020, on ne parle même plus de hype ou de buzz, en tout cas plus pour des albums. Survivants d’une époque pas si lointaine et déjà tellement différente, Fleet Foxes est en toute simplicité un énorme groupe, de la race de ceux qui claquent quatre albums comme autant de confirmations.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)