Accueil > Musique > 2020 > Casablanca Drivers - Super Adventure Club

Casablanca Drivers - Super Adventure Club

vendredi 20 novembre 2020, par Marc


L’existence supposée d’une école française de groove a déjà été évoquée dans ces colonnes. Parce que dans les productions de nos voisins du sud, on retrouve souvent cet amour de la basse ronde et du secouage de tête. Lequel peut globalement se diviser en deux tendances, une plus dure (L’Impératrice, VKNG, Naive New Beaters...) ou plus douce (Pépite, Isaac Delusion). Nous allons voir que la formation du jour oscille entre les deux.

Le ton est résolument mélancolique que ce que font les Américains (New-Yorkais notamment), plus marqué par des relents de punk. Mais l’heure n’est pas à la comparaison transatlantique. Et si c’était ce spleen parisien qui pousse à danser malgré tout ? C’est peut-être le fil rouge, allez savoir. La fête n’est pas triste, certes non, mais jamais totalement hédoniste non plus. Ce qui rend tous ces artistes très agréables à écouter en toute circonstance. Si le trio (Nicolas Paoletti, Alexandre Diani, Sébastien Santucci) dont le nom est emprunté au premier long-métrage culte de Maurice Barthélémy est installé dans la capitale française, ils proviennent de Corse et on sans doute gardé une lumière.

Cette lumière se manifeste par exemple du sur le plus placide sur At Carmerlo’s par des airs de funk eighties. Mais le groove peut se faire plus rampant (Becky Don’t Mind) ou plus langoureux sur Get Better, avec une grosse voix qui rappe. Ce morceau est relancé par un faux public. De façon fort pertinente, ils relancent aussi Obaya avec un beat et un énorme son de basse. Mais ils peuvent aussi ajouter un peu de guitares sur Saints I, pour varier les climats de façon bienvenue. Notons finalement pour l’anecdote que le chant de Feel est presque proche de Damon Albarn et que Crocodile Rockstar ne fait pas allusion à une chanson célèbre d’Elton John.

Si Casablanca Drivers se situe dans la limite plus légère de nos goûts, il faut admettre que la variété, le ton à la fois légèrement lumineux et un rien mélancolique donnent à ce groove des teintes qui ne peuvent qu’emporter l’adhésion.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)