Accueil > Critiques > 2020

Casablanca Drivers - Super Adventure Club

vendredi 20 novembre 2020, par marc


L’existence supposée d’une école française de groove a déjà été évoquée dans ces colonnes. Parce que dans les productions de nos voisins du sud, on retrouve souvent cet amour de la basse ronde et du secouage de tête. Lequel peut globalement se diviser en deux tendances, une plus dure (L’Impératrice, VKNG, Naive New Beaters...) ou plus douce (Pépite, Isaac Delusion). Nous allons voir que la formation du jour oscille entre les deux.

Le ton est résolument mélancolique que ce que font les Américains (New-Yorkais notamment), plus marqué par des relents de punk. Mais l’heure n’est pas à la comparaison transatlantique. Et si c’était ce spleen parisien qui pousse à danser malgré tout ? C’est peut-être le fil rouge, allez savoir. La fête n’est pas triste, certes non, mais jamais totalement hédoniste non plus. Ce qui rend tous ces artistes très agréables à écouter en toute circonstance. Si le trio (Nicolas Paoletti, Alexandre Diani, Sébastien Santucci) dont le nom est emprunté au premier long-métrage culte de Maurice Barthélémy est installé dans la capitale française, ils proviennent de Corse et on sans doute gardé une lumière.

Cette lumière se manifeste par exemple du sur le plus placide sur At Carmerlo’s par des airs de funk eighties. Mais le groove peut se faire plus rampant (Becky Don’t Mind) ou plus langoureux sur Get Better, avec une grosse voix qui rappe. Ce morceau est relancé par un faux public. De façon fort pertinente, ils relancent aussi Obaya avec un beat et un énorme son de basse. Mais ils peuvent aussi ajouter un peu de guitares sur Saints I, pour varier les climats de façon bienvenue. Notons finalement pour l’anecdote que le chant de Feel est presque proche de Damon Albarn et que Crocodile Rockstar ne fait pas allusion à une chanson célèbre d’Elton John.

Si Casablanca Drivers se situe dans la limite plus légère de nos goûts, il faut admettre que la variété, le ton à la fois légèrement lumineux et un rien mélancolique donnent à ce groove des teintes qui ne peuvent qu’emporter l’adhésion.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)