Accueil > Critiques > 2020

Bertier - Feu.e

lundi 23 novembre 2020, par Marc


Au commencement était le verbe.
Même si ce n’est pas au prologue de l’évangile selon Saint-Jean qu’on pense tout de suite au moment de compulser le grand livret, le bel objet est une belle introduction à la musique qu’on s’apprête à écouter. Ce sont des mots, déjà, une introduction qui nous donne envie. C’est évidemment Lara Herbinia qui enrobe le tout de fort belle façon, encapsulant notamment les illustrations d’Alain Dauchot.

Au commencement était le verbe.
Parce que les textes de Pierre Dungen sont non seulement à la base des morceaux, mais aussi le point de départ des compositions qui ont été confiées à plusieurs artistes qu’il faut évidemment citer ici tant ils donnent chair à ces idées. Ils s’appellent Matthieu Thonon, Sylvain Cousin, Quentin Steffen, Olivier Terwagne, Paulo Silva Rodriguez, Amaury Boucher, Nicolas Jules, Cédric Van Caillie, Didier Delchambre. On ajoute Yan Péchin, guitariste au long cours déjà rencontré sur le coussin d’air d’Anna et Roby. Il y a du monde, bien évidemment, Bertier ayant toujours revendiqué le statut de collectif, poussé ici encore un peu plus loin.

On le devine bien vite, ceci est le troisième volet d’une quadrilogie des éléments. Le chant lexical ne va pas rester mystérieux, on va vous épargner la lourdeur de le prolonger ici. Mais si on retrouve comme sur les albums précédents un couple au centre des débats, les thèmes ne sont pas concentrés, le thème se retrouve partout mais dans des tonalités différentes. On ne raconte pas une histoire (même si un couple est inévitablement au centre des débats), on développe un état d’esprit, on explore les possibilités du feu. C’est une pop lettrée donc mais sans les allusions infinies qui font le sel (et l’opacité souvent) d’un Thousand, avec cet attrait du jeu de mot qui est le côté intellectuel du ludique (ou l’inverse, ça marche aussi).

Mais cette pop lettrée n’est pas une pop savante, si on en extrapole l’acception d’une épopée savante due à un seul esprit. C’est en effet la diversité des intervenants qui est intéressante ici. Le ton général est donc fluide et accessible, direct et change de morceau en morceau, le chant suivant cette évolution avec une gourmandise manifeste. Si Lucas et Ena mettent en avant une magnifique mélodie, 13th Floor repose sur une déclamation qui fonctionne à plein et regorge d’allusions qui feraient plaisir à Marc Ysaye, de noms cachés qu’on prend un malin plaisir à détecter.

De la musique avant toute chose.

Cette variété des traitements installe plusieurs points d’équilibre. Avec un poil de groove sur Feu Follet, un rien plus rentre-dedans Brasier Ardent. La conjonction d’une guitare acoustique et de chœurs féminins renvoie à une certaine vision seventies (Eau de Feu), avec de chouettes cordes.

Il y a évidemment des morceaux qui frappent d’emblée (très tôt parfois comme le logique single Grands Brûlés sorti au printemps), même si on sait qu’un album comme celui-ci est destiné à être exploré encore et encore. A Nos Heures est un de ceux qui marquent en première écoute, tout comme Flambeur-Voyeur dont le texte est dû à Céline Marolle. La voix de Lara Herbinia présente dans les chœurs de presque tous les morceaux y prend plus de place et ça fonctionne mieux que bien. Ajoutons au rayon de nos préférences Fort Rêveurs et le magnifique morceau final L’Étincelle avec ses cordes en cascade.

On peut être obscur à force d’être profond mais il est vain de chercher à être profond à force d’obscurité.
Cet aphorisme attribué à Borges prend étrangement du sens sur cet album qui ose être frontalement lumineux pour donner envie d’en explorer les méandres. Le premier album dont le titre est en écriture inclusive vaut toute votre attention.

http://bertiermusique.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)