Accueil > Musique > 2020 > The Irrepressibles - Superheroes

The Irrepressibles - Superheroes

lundi 7 décembre 2020, par Marc


‘Ils deviennent quoi, The Irrepressibles ?’

La question posée sur Twitter m’a valu une réaction de leur part. Ils étaient donc encore là et bien là, ce que leur troisième album vient de confirmer. Et on ne peut que s’en réjouir. Le souvenir vivace de leur parfait In This Shirt les aurait gardés dans nos mémoires de toute façon.

Comme souvent dans les projets ambitieux et éclectiques, il y a un créateur à la manœuvre et dans ce cas-ci il s’appelle Jamie Mcdermott. Cet album peut s’appréhender comme un carnet de vie, un peu comme la tournure que prend la discographie de Kevin Barnes (Of Montreal). Le rapprochement n’est d’ailleurs pas inutile, les deux artistes réussissant le grand écart entre intimité et grandiloquence, électronique parfois aventureuse et tentations pop.

Dès l’entame, on retrouve cette voix, ce vibrato profond qui touche. Le timbre de Jamie Mcdermott qu’on peut rapprocher de celui d’ANHONI se mêle parfaitement à cet éclectisme des ambiances. Parce c’est sans doute ce qui frappe d’emblée, cet éclectisme qui s’éloigne franchement des tentations ‘cabaret’ qu’on leur connaissait.

Parce que tout de suite cet album vire (en français même) vers un morceau complexe mais jamais décousu. La frontière est ténue, il reste résolument dans les clous. Et la maîtrise permet de prendre des libertés inédites. Let Go peut ainsi s’ébrouer en electro-pop sur de courtes plages. Cet album étonnamment discret par rapport à ce qu’on connaissait de ce projet mais aussi par rapport à des équivalents américains comme, disons, Of Montreal. Les prises d’intensité n’en ressortent que mieux (Submission).

Le plus remarquable, c’est que jamais la diversité des ambiances ne rend cet album hétéroclite. On peut ainsi enchaîner une plage ambient (The Child Inside Falls In Love), pure déclamation ou pièce lancinante (Dominance) sans problème. Et on termine par une vraie petite perle au piano, comme un morceau d’Antony qu’on ne connaitrait pas encore, d’une intensité remarquable et qui se profile comme ce qui nous touche le plus tout en n’étant pas typique de cet album qui surprend de façon bien gratifiante et signe des retrouvailles qu’on voudra prolonger.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)