Accueil > Critiques > 2020

The Irrepressibles - Superheroes

lundi 7 décembre 2020, par marc


‘Ils deviennent quoi, The Irrepressibles ?’

La question posée sur Twitter m’a valu une réaction de leur part. Ils étaient donc encore là et bien là, ce que leur troisième album vient de confirmer. Et on ne peut que s’en réjouir. Le souvenir vivace de leur parfait In This Shirt les aurait gardés dans nos mémoires de toute façon.

Comme souvent dans les projets ambitieux et éclectiques, il y a un créateur à la manœuvre et dans ce cas-ci il s’appelle Jamie Mcdermott. Cet album peut s’appréhender comme un carnet de vie, un peu comme la tournure que prend la discographie de Kevin Barnes (Of Montreal). Le rapprochement n’est d’ailleurs pas inutile, les deux artistes réussissant le grand écart entre intimité et grandiloquence, électronique parfois aventureuse et tentations pop.

Dès l’entame, on retrouve cette voix, ce vibrato profond qui touche. Le timbre de Jamie Mcdermott qu’on peut rapprocher de celui d’ANHONI se mêle parfaitement à cet éclectisme des ambiances. Parce c’est sans doute ce qui frappe d’emblée, cet éclectisme qui s’éloigne franchement des tentations ‘cabaret’ qu’on leur connaissait.

Parce que tout de suite cet album vire (en français même) vers un morceau complexe mais jamais décousu. La frontière est ténue, il reste résolument dans les clous. Et la maîtrise permet de prendre des libertés inédites. Let Go peut ainsi s’ébrouer en electro-pop sur de courtes plages. Cet album étonnamment discret par rapport à ce qu’on connaissait de ce projet mais aussi par rapport à des équivalents américains comme, disons, Of Montreal. Les prises d’intensité n’en ressortent que mieux (Submission).

Le plus remarquable, c’est que jamais la diversité des ambiances ne rend cet album hétéroclite. On peut ainsi enchaîner une plage ambient (The Child Inside Falls In Love), pure déclamation ou pièce lancinante (Dominance) sans problème. Et on termine par une vraie petite perle au piano, comme un morceau d’Antony qu’on ne connaitrait pas encore, d’une intensité remarquable et qui se profile comme ce qui nous touche le plus tout en n’étant pas typique de cet album qui surprend de façon bien gratifiante et signe des retrouvailles qu’on voudra prolonger.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)