Accueil > Musique > 2020 > Nicolas Jules - Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques

Nicolas Jules - Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques

vendredi 11 décembre 2020, par Marc


En musique aussi, il est bon de privilégier le circuit court. Le contact plus ou moins direct avec les artistes est quelque chose qu’on chérit de toute façon. Après avoir découvert son existence via sa collaboration au dernier album de Bertier, voici un album de Nicolas Jules. C’est son huitième si on (enfin wikipedia…) compte bien et il n’est jamais trop tard pour une belle rencontre.

On ne va pas tergiverser, c’est de la chanson française, de la vraie, de la pure. Et c’est ce qui plaît d’emblée, parce que ce n’est jamais vieillot. Le Français installé en Belgique pour le moment nous gratifie en tous cas de beaux surgissements, dans une langue qui trouve le juste milieu entre familiarité et poésie. C’est éminemment subjectif mais on s’est sentis tout de suite chez nous. La voix est chaleureuse et claire. On pense à Bertrand Belin comme référence, même si c’est plus direct ici, avec un sourire en coin qu’on devine et qui augmente encore la connivence.

La fantaisie et l’imagination sont là mais ne constituent pas seules la matière première, ce qui aide beaucoup un auditeur rétif à, disons, un Thomas Fersen. S’il ne se prend pas au sérieux, sa démarche l’est résolument. Quand c’est plus up-tempo, on pense à un americana hors-d’âge. Il revendique d’ailleurs dans une interview à lire un côté Johnny Cash de cuisine et c’est très bien comme ça. Sans matière grasse, emballé en une demi-heure serrée.

Efficace et classe donc. Parce qu’avec une simple guitare électrique et parfois un peu plus, le résultat est simple mais jamais dépouillé parce que des éléments discrets viennent enluminer Train Couché. On s’éloigne pour le coup d’une tradition française, entre les enluminures de Ton Retour et le minimaliste maîtrisé du Ouais final. Mais pour fréquenter un album à haute dose, il faut quelques morceaux qui incarnent un style encore plus que les autres. On a trouvé ça du côté de Les Éclaboussures, avec un peu plus de profondeur de son, de zébrures d’éclair. On aime aussi la façon d’utiliser un extrait de film en lieu et place d’un chorus.

La sympathie est un sentiment immédiat et compliqué à définir. Celle pour Nicolas Jules est venue toute seule très vite et ne nous a pas quittés. Et ne nous quittera vraisemblablement plus pour le reste d’une discographie résolument à suivre.

https://www.nicolasjules.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)