Accueil > Critiques > 2020

Johnny Labelle - XVIII

lundi 14 décembre 2020, par marc


On l’a déjà mentionné, la diversité de la scène musicale grecque est une source d’étonnement permanent. De la dark-wave de Strawberry Pills au psychédélisme de Chickn en passant par l’electro légère de Melorman ou plus sombre de Mechanimal ou l’indie de Vagina Lips ou Tango With Lions, il y en a pour tous les goûts et ceci sera encore différent.

En effet, cette nouvelle sortie du label Inner Ear fait d’emblée penser à Scott Walker (il en a parfois l’affectation). Le nom en chiffres romains étant sans doute un clin d’œil à la célèbre série d’albums aventureux des années ‘80. Tout comme la présence occasionnelle d’un sax malade. Ce toujours intriguant croon crépusculaire ramène aussi au toujours recommandé Truelove’s Gutter de Richard Hawley, avec un ton plus dark il faut le dire.

Mais même s’il y a des ressemblances qui semblent inévitables (ajoutons même du Bowie dernière époque sur Beginning of the End), on est surtout face à de bons morceaux, ce qui nous a poussé à souvent y revenir. Parce que le résultat est certes sombre mais soyeux (AK), privilégiant soit la texture du son avec les envoûtants synthés de Green Dark Age ou le plus dense Visceral avec orgues et choeurs, ou laissant au contraire plus de place à la voix en rendant les arrangements discrets sur Doppelgänger.

L’équilibre trouvé entre ses tentations orchestrales et un contrepoint de guitares plus carré est subtil. Et puis quand on s’est bien installés, il plante In The Sun. On oublie alors toute référence, parce que l’important se passe là, dans nos oreilles, avec tout simplement un très grand morceau. Transcender ses influences pour s’imposer en tant qu’artiste unique, voilà le but de bien des démarches artistiques. En se plaçant dans une filiation assez claire, le Grec Johnny Labelle plante un grand album.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)