Accueil > Musique > 2020 > Pierre Lapointe - Chansons Hivernales

Pierre Lapointe - Chansons Hivernales

vendredi 18 décembre 2020, par Marc


Les albums de Noël regroupent toujours les mêmes scies et on est chaque année stupéfaits du nombre d’artistes usés ou pas qui s’astreignent à cet exercice. Mais ce n’est pas la vision de Pierre Lapointe. On sait à quel point il est compliqué de créer de nouvelles chansons de Noël mais il relève ce genre de défi avec brio. Enfin, pour être honnête, ceci n’est pas en soi un album de Noël mais un album dont le thème est l’hiver ne peut pas faire l’économie. Pour reprendre une analogie cinématographique, ce n’est pas un écoeurant téléfilm d’après-midi de décembre mais un film choral du type Ice Storm d’Ang Lee, un exercice exécuté avec un recul amusant (Ca Va, J’ai Donné, Chaque Année On Y Revient).

On parle de Pierre Lapointe, donc la mièvrerie n’est pas de mise. Tient-on ici de nouveaux classiques de saison ? Difficile à dire, les morceaux sont attachants et font l’économie des sons éreintants (clochettes, ce genre). Il faut dire qu’outre Emanuel Ethier qui a déjà collaboré avec Passwords, Corridor ou Coeur de Pirate on retrouve rien moins que le petit génie Owen Pallett aux arrangements orchestraux. Le résultat est d’ailleurs étonnamment peu kitsch (même si plus convenu que sur l’irrésistible Islands). Surtout quand on considère la pochette de Pierre et Gilles pour qui le kitsch est une matière première plus qu’un dommage collatéral. Pour un effet toujours aussi, hum, particulier.

Si l’album précédent sentait tout de même un peu la naphtaline malgré la direction de l’impeccable Albin De La Simone, celui-ci montre un peu plus d’allant, même si on est loin de toute forme de modernité. Et c’est sans doute ce qui nous empêche de pleinement céder à ses productions récentes, le fait qu’on sait qu’il a dans le coffre un album incroyable du calibre de Punkt.

Ce qui ne bouge pas par contre, c’est un sens mélodique rarement égalé (Ce qu’on Sait Déjà, Six Heures d’Avion Nous Séparent). Et si le classicisme est extrême, L’Oiseau Rare est tout de même une réussite, tout comme Le Premier Noël de Jules qui se fait simple et touchant avant de prendre un peu de sucre. Mais le meilleur moment (pas pour le narrateur visiblement) est Un Noël Perdu Dans Paris où cette sensation de spleen hivernal est parfaitement rendue. On espère que Maman, Papa n’est pas complètement autobiographique. C’est en tous cas poignant. Signalons aussi que l’aversion déclarée pour la chanson en créole s’étend maintenant à celle dans la langue pratiquée ici avec Mélissa Lavaux.

Le chanteur de Montréal est évidemment tout-à-fait légitime pour nous parler de ce que lui inspire l’hiver. Cet album de saison est évidemment de la veine classique et moins formellement aventureuse de Pierre Lapointe mais on retrouve aussi la plupart de ses indéniables qualités.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)