Accueil > Musique > 2020 > Enrico Degani/Fabrizio Modonese Palumbo - Time Lapses

Enrico Degani/Fabrizio Modonese Palumbo - Time Lapses

mercredi 20 janvier 2021, par Marc


Cet étrange album démarre par une version déstructurée de Somewhere Over The Rainbow, suggérant qu’on passe de l’autre côté. Une autre version clôture aussi ce trip, un peu comme Alice qui sortirait du terrier. Et on aura eu son content de psychédélisme dans l’intervalle. Comme pour Alice ou Dorothy, le voyage est déroutant et un brin anxiogène, mais gratifiant.

Il faut dire que le duo connaît son affaire. Enrico Degani s’est déjà fait remarquer par un système harmonique post-tonal et des collaborations avec des artistes d’avant-garde comme Antony Braxton (non, pas Toni Braxton…). On avait déjà croisé le chemin de Fabrizio Modonese Palumbo chez Almagest ! mais il a aussi travaillé avec Jochen Arbeit (Einstürzende Neubauten) ou Xiu Xiu. On le voit, c’est un line-up expérimenté et aventureux mais si le psychédélisme de rigueur sur ces pièces qui font la part belle à l’improvisation mais aucune mise à l’épreuve des nerfs n’est à redouter.

Cette musique instrumentale frôle parfois le drone (Stardust Bath) ou le post-rock larvé (Violet). On note au passage la belle structure sonore métastable de Blop Blop Blop avec ses guitares réverbérées. Il se dégage même une belle mélancolie de Postcard, laquelle se fait plus lancinante sur Night Hunting. Et Shall You Dance With Me est encore plus vindicatif. Cet album est séquencé de façon très étudiée, l’enchaînement correspondant à une vraie progression. On note des sons bien distordus à l’entame de Kitty mais ce n’est qu’une introduction à des structures un peu plus apaisées mais inquiétantes. Comme les expériences visuelles susmentionnées, cette musique peut vous emmener loin sans vous perdre. A vous de tenter le voyage.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)