Accueil > Critiques > 2020

Enrico Degani/Fabrizio Modonese Palumbo - Time Lapses

mercredi 20 janvier 2021, par marc


Cet étrange album démarre par une version déstructurée de Somewhere Over The Rainbow, suggérant qu’on passe de l’autre côté. Une autre version clôture aussi ce trip, un peu comme Alice qui sortirait du terrier. Et on aura eu son content de psychédélisme dans l’intervalle. Comme pour Alice ou Dorothy, le voyage est déroutant et un brin anxiogène, mais gratifiant.

Il faut dire que le duo connaît son affaire. Enrico Degani s’est déjà fait remarquer par un système harmonique post-tonal et des collaborations avec des artistes d’avant-garde comme Antony Braxton (non, pas Toni Braxton…). On avait déjà croisé le chemin de Fabrizio Modonese Palumbo chez Almagest ! mais il a aussi travaillé avec Jochen Arbeit (Einstürzende Neubauten) ou Xiu Xiu. On le voit, c’est un line-up expérimenté et aventureux mais si le psychédélisme de rigueur sur ces pièces qui font la part belle à l’improvisation mais aucune mise à l’épreuve des nerfs n’est à redouter.

Cette musique instrumentale frôle parfois le drone (Stardust Bath) ou le post-rock larvé (Violet). On note au passage la belle structure sonore métastable de Blop Blop Blop avec ses guitares réverbérées. Il se dégage même une belle mélancolie de Postcard, laquelle se fait plus lancinante sur Night Hunting. Et Shall You Dance With Me est encore plus vindicatif. Cet album est séquencé de façon très étudiée, l’enchaînement correspondant à une vraie progression. On note des sons bien distordus à l’entame de Kitty mais ce n’est qu’une introduction à des structures un peu plus apaisées mais inquiétantes. Comme les expériences visuelles susmentionnées, cette musique peut vous emmener loin sans vous perdre. A vous de tenter le voyage.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)