Accueil > Critiques > 2020

Panaviscope - Like The Sun

mercredi 27 janvier 2021, par marc


Mine de rien, notre liste d’artistes helvètes intéressants prend de l’ampleur. L’addition du jour est Alex Duloz de Genève qui nous présente son premier album. Il se place dans une lignée de spécimens de pop alternative bien barrée et qu’on apprécie presque invariablement. On pense d’abord à Fat White Family dans un passé plus ou moins récent ou à nos compatriotes de Piano Club pour l’amour du gros son bien compact.

La voix est haut perchée et le résultat est ludique mais pas trop complexe. Précisons aussi que ce n’est que rarement nerveux, s’éloignant donc des trublions comme Dan Deacon ou Menomena dont la folie est de toute façon hors d’atteinte. Il ne joue clairement pas sur la vitesse (Talking To Flowers, Breathing In Reverse) et si ça ralentit forcément l’écoute et peut laisser l’attention s’échapper occasionnellement, il peut la récupérer instantanément en se faisant plus sautillant sur The Joy of Grasping.

Les satisfactions sont à chercher ailleurs de toute façon. Quand il passe en français par exemple sur Longues Nuits. On pense tout de suite à la manière décomplexée qu’ont les cousins québécois à mêler une forme moderne et une langue souvent marquée par une lourde histoire musicale. Le style ne change pas en passant simplement d’une langue à l’autre et c’est très bien comme ça. Animaux Sombres est plus étrange et en constitue un des moments les plus marquants d’un premier album qui montre de bien belles choses et une marge de progression qu’on devine importante.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)