Accueil > Critiques > 2021

The Notwist - Vertigo Days

vendredi 19 février 2021, par marc


Vous avez certainement des amis qui vous sont chers mais éloignés et que vous voyez trop peu. Mais il suffit qu’une rencontre ait lieu et on a la sensation de reprendre spontanément le fil d’une conversation entamée il y a plusieurs années. C’est un peu ce genre de retrouvailles qu’on a chaque fois avec les Allemands de The Notwist. On ne les a pas forcément énormément écoutés pendant les sept années écoulées depuis Close to The Glass mais leur retour était forcément attendu.

Et d’un coup tout revient. Ces fausses petites accélérations sur le diptyque Into Love/Stars. Ce son, enrichi d’électronique, de glitches en tous genres mais qui tisse un lit à la délicatesse sans jamais la dénaturer. Et puis ces irrésistibles pointes de Krautrock (Exit Strategy To Myself) qui rendent des morceaux mélancoliques assez uniques. Et puis du gros son distordu arrive, sans que le chant délicat ne se modifie. Ils ont voulu marquer les esprits par un début d’album de toute beauté. Ces grands morceaux prouvent qu’on ne devient pas une formation influente avec des concepts mal appliqués.

On note tout de même quelques petits changements, des collaborations qui étendent quelque peu leur univers. Ce qui nous vaut le planant et cotonneux Ship avec Saya (et quelques bribes de Français on dirait). La voix différente de Ben Lamar Gay sur Oh Sweet Fire emballe ce morceau aux contours délicieusement flous que ne renierait pas Massive Attack, avec un charme qui n’appartient qu’à eux. Ils assument également des tendances presque orientalisantes sur Into The Ice Age avec Angel Bat Dawid. De quoi ajouter une pincée de diversité à un style de toute façon très affirmé.

Comme sur son prédécesseur, on a l’impression que la tension retombe dans la seconde partie de l’album mais il y a une qualité minimale en-deçà de laquelle ils ne s’aventurent jamais de toute façon. Fort heureusement, il y a souvent des éléments qui viennent relever le propos. Un riff a priori simple de guitare entraîne Loose Ends bien plus haut que d’où il était parti et la délicatesse indéniable de Night’s Too Dark se pare d’une mélodie irrésistible tout juste détournée comme il faut.

Le charme de The Notwist est toujours là, c’est sans doute l’information la plus pertinente à retirer de cet article. Il faut une maîtrise dingue pour que la froideur ne prenne pas le dessus, pour que les idées ne deviennent pas des procédés. Au moins la moitié de cet album est bouleversant, et le reste toujours digne d’intérêt. On reprendra cette conversation dans plusieurs années, avec autant de plaisir sans doute.

Un avis alternatif et complémentaire ? C’est par ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • The Notwist - Vertigo Days 22 février 2021 07:53, par Laurent

    Tu as parfaitement résumé les enjeux : le combat entre émotion et expérimentation se solde par une victoire « en beauté », sinon par K.O., du moins au nombre de rounds remportés. En signe avant-coureur, ils avaient balancé Where You Find Me qui n’avait rien fait vibrer chez moi, du coup méfiance à l’approche de ces retrouvailles moins « anticipées ». Et au final, voilà leur meilleur album depuis "Neon Golden" (qui ne date pas d’hier). Puur plezier, pour ne pas le dire en allemand.

    repondre message

    • The Notwist - Vertigo Days 22 février 2021 15:04, par Marc

      C’est par The Devil, You + Me que je les avais découverts, donc ça reste ma référence. S’ils restent formidables et livrent des morceaux incroyables, c’est surtout la constance qui est dingue sur leurs deux premiers albums...

      repondre message

      • The Notwist - Vertigo Days 23 février 2021 08:59, par Laurent

        Je suis probablement aussi passé par "The Devil, You + Me" pour arriver à "Neon Golden" ; à l’époque où c’est sorti, je crois que j’avais encore des goûts bien trop pathétiques pour oser le post-krautrock en dehors de Bowie. :-)

        Cela dit, tu parles de deux premiers albums et je suis allé faire un tour sur Discogs pour compléter mes connaissances en Notwistologie. Il se trouve qu’ils ont sorti pas mal de choses dans les années 90, mais très peu sont dignes d’intérêt (j’ai même entendu des horreurs, je ne recommande donc pas grand-chose pré-2000).

        repondre message

    • The Notwist - Vertigo Days 26 février 2021 17:11, par Marc

      Il arrive donc qu’il ne faille pas remonter trop loin avec certains excellents groupes. Midlake est un autre exemple...

      repondre message

  • The Notwist - Vertigo Days 22 février 2021 16:25, par YB

    Paris/Marseille au volant de ma clio. Ma petite fille endormie à l’arrière.
    Nuit
    Pluie

    Les essuies- glace entament leur danse. Je glisse un CD dans le lecteur.
    Découverte
    Révélation

    La pluie traverse le pare brise. La route s’estompe.
    Emballement
    Renaissance

    Neon Golden en boucle. Arrivée. Je prends ma fille en rêves dans mes bras.
    Odeur sucrée
    Souffle chaud

    Ca va aller

    repondre message

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)