Accueil > Critiques > 2021

LNZNDRF - II

mercredi 24 février 2021, par marc


On l’a déjà mentionné lors de la sortie de leur premier album, ce peu affriolant patronyme est le projet des frères Scott and Bryan Devendorf (The National), Ben Lanz et Aaron Arntz (tous deux de Beirut). Bref, des artistes qui n’occupent pas les avant-postes de leurs formations de base mais dont la contribution est incontestable. On avait pressenti après leur album éponyme qu’on entendrait parler d’eux à nouveau.

Une des raisons était que le son et le résultat étaient tellement différents de ceux de leur maison-mère qu’il n’y avait pas de conflit de style possible. Soit tout l’inverse de l’escapade plus ou moins solo de Matt Berninger qui avait prouvé par l’absurde que l’incroyable talent de The National avait besoin de toutes ses composantes.

Il faut attendre près de quatre minutes pour que la basse ne déboule et qu’on retrouve cette inclination krautrock qui nous avait déjà plu et qu’on retrouve tout au long de l’album mais pas comme une référence nostalgique, plutôt comme un gage de tension, qu’ils arrivent à maintenir sans avoir à forcer le tempo. Pour fixer les idées, essayez d’imaginer que Dan Deacon prenne ses cachets, gardant tout de même occasionnellement une délectable énergie (Chicxulub) qui jamais ne se fait hystérique. Ils peuvent de la même manière réussir le rock plus sombre de Brace Yourself ou plus planant de You Still Rip.

Tout comme la musique du trublion de Philadelphie, LNZNDRF (ça doit valoir un paquet de points au Scrabble…), n’est pas un projet instrumental, ça chante pourtant sur presque tous les morceaux. Les voix sur Ringwoodlite font presque penser à Animal Collective même si la solidité du reste l’en éloigne évidemment. Le chant de Stowaway est aussi plus rêveur avant qu’un solide bourdonnement vienne remettre de l’ordre d’une façon que ne renierait pas Wire. Le ton détaché du chant qui n’est pas le point d’attraction comme chez The National est ici clairement un atout, pouvant conférer une belle majesté des morceaux plus lents comme Cascade, avec des brouillards de guitare qui vrillent.

On en a la confirmation éclatante, LNZNDRF est bien plus qu’une récréation de musiciens doués. Le groupe a en deux albums imposé une personnalité certaine, bien éloignée de celle des formations de base. On aimerait continuer à recevoir de leurs nouvelles via de bons albums comme celui-ci.

http://lnzndrf.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • LNZNDRF - II 25 février 2021 11:05, par Laurent

    Aussi anachronique qu’excellent ! Merci Marc, j’ai vraiment apprécié la découverte (je prends le train en marche pour ma part). Et ton petit taquet à Matt Berninger est d’une lucidité certes cruelle, mais totalement justifiée (et assez délectable, j’avoue ^^).

    repondre message

    • LNZNDRF - II 26 février 2021 17:14, par Marc

      Ce n’est vraiment pas un groupe très exposé mais on sent qu’ils ont un concept et une envie commune et communicative.

      Si mes souvenirs sont bons , Pitchfork avait déclaré que Matt Berninger était le maillon faible de son propre album solo. Pas gentil tout ça...

      repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)