Accueil > Musique > 2021 > LNZNDRF - II

LNZNDRF - II

mercredi 24 février 2021, par Marc


On l’a déjà mentionné lors de la sortie de leur premier album, ce peu affriolant patronyme est le projet des frères Scott and Bryan Devendorf (The National), Ben Lanz et Aaron Arntz (tous deux de Beirut). Bref, des artistes qui n’occupent pas les avant-postes de leurs formations de base mais dont la contribution est incontestable. On avait pressenti après leur album éponyme qu’on entendrait parler d’eux à nouveau.

Une des raisons était que le son et le résultat étaient tellement différents de ceux de leur maison-mère qu’il n’y avait pas de conflit de style possible. Soit tout l’inverse de l’escapade plus ou moins solo de Matt Berninger qui avait prouvé par l’absurde que l’incroyable talent de The National avait besoin de toutes ses composantes.

Il faut attendre près de quatre minutes pour que la basse ne déboule et qu’on retrouve cette inclination krautrock qui nous avait déjà plu et qu’on retrouve tout au long de l’album mais pas comme une référence nostalgique, plutôt comme un gage de tension, qu’ils arrivent à maintenir sans avoir à forcer le tempo. Pour fixer les idées, essayez d’imaginer que Dan Deacon prenne ses cachets, gardant tout de même occasionnellement une délectable énergie (Chicxulub) qui jamais ne se fait hystérique. Ils peuvent de la même manière réussir le rock plus sombre de Brace Yourself ou plus planant de You Still Rip.

Tout comme la musique du trublion de Philadelphie, LNZNDRF (ça doit valoir un paquet de points au Scrabble…), n’est pas un projet instrumental, ça chante pourtant sur presque tous les morceaux. Les voix sur Ringwoodlite font presque penser à Animal Collective même si la solidité du reste l’en éloigne évidemment. Le chant de Stowaway est aussi plus rêveur avant qu’un solide bourdonnement vienne remettre de l’ordre d’une façon que ne renierait pas Wire. Le ton détaché du chant qui n’est pas le point d’attraction comme chez The National est ici clairement un atout, pouvant conférer une belle majesté des morceaux plus lents comme Cascade, avec des brouillards de guitare qui vrillent.

On en a la confirmation éclatante, LNZNDRF est bien plus qu’une récréation de musiciens doués. Le groupe a en deux albums imposé une personnalité certaine, bien éloignée de celle des formations de base. On aimerait continuer à recevoir de leurs nouvelles via de bons albums comme celui-ci.

http://lnzndrf.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • LNZNDRF - II 25 février 2021 11:05, par Laurent

    Aussi anachronique qu’excellent ! Merci Marc, j’ai vraiment apprécié la découverte (je prends le train en marche pour ma part). Et ton petit taquet à Matt Berninger est d’une lucidité certes cruelle, mais totalement justifiée (et assez délectable, j’avoue ^^).

    repondre message

    • LNZNDRF - II 26 février 2021 17:14, par Marc

      Ce n’est vraiment pas un groupe très exposé mais on sent qu’ils ont un concept et une envie commune et communicative.

      Si mes souvenirs sont bons , Pitchfork avait déclaré que Matt Berninger était le maillon faible de son propre album solo. Pas gentil tout ça...

      repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)