Accueil > Critiques > 2021

Christine Ott - Time To Die

vendredi 9 avril 2021, par marc


Musicienne de Yann Tiersen, collaboratrice de Tindersticks ou Oiseaux-Tempête, la Strasbourgeoise Christine Ott est une artiste qu’on a souvent entendue avant d’en entendre parler comme moitié du passionnant duo Snowdrops l’an passé. On avait aussi retenu le nom de Fredo Viola pour un album qui avait laissé un douloureux souvenir malgré un très enthousiasmant remix par Fink qu’on ne connaissait pas encore. On ne retrouve pas cette inclination expérimentale fort heureusement et la collaboration est pour le moins fructueuse.

L’entame de ce quatrième album solo est un peu sombre, pas complètement drone même si le travail des textures est vraiment poussé. Cette pulsation de Time To Die est en tous cas vraiment bienvenue, comme un fil d’Ariane. Cet album est aussi séquencé comme un voyage, certes pas physique. Les moyens évoluent d’un morceau à l’autre, partant du plus abstrait pour laisser une place toujours plus grande au piano, parfois rehaussé de chœurs.

Vous êtes venus, vous avez acheté un ticket en quasi connaissance de cause. Le classique contemporain est extrêmement vaste et quand on y fait écho ici, c’est souvent le versant plus mélodique. La beauté réelle de cet album peut aussi impressionner. Il y a logiquement moins d’Ondes Marthenot et plus de piano. Quand il est laissé seul sur Miroirs, on se rend compte qu’il n’a pas besoin de grands renforts.

Le piano de Brumes n’est pas dissonant et même si les lignes mélodiques ne sont pas limpides, on se laisse emporter parce qu’il y a une idée, un cheminement ici aussi. On s’éloigne donc sensiblement de l’univers si facile d’accès (et si plaisant) de Yann Tiersen. Pour un temps du moins. Le piano de Landscape et ses chœurs aériens est plus fluide, plus lancinant et on retrouve de la beauté pure dans les entrelacs d’Horizons Fauves.

Plus la musique est aventureuse, plus la part de subjectivité grandit, plus la part d’adhésion est compliquée à partager et plus la critique devient abstraite, voire absconse. Mais le devoir ici est d’encourager à se frotter à une artiste contemporaine d’importance.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Christine Ott - Time To Die 12 avril 2021 13:02, par Laurent

    Un disque exigeant mais vraiment "rewarding". Il m’a fallu quelques écoutes (même si on sent tout de suite qu’un truc va se passer) pour être définitivement conquis. Merci pour le partage !

    repondre message

  • Ô Lake – Still

    On avait déjà croisé le chemin d’Ô Lake à l’occasion d’une très réussie musique de film. On ne sera pas décontenancés donc par cet album du projet de Sylvain Texier qui utilise la même base avec le même style qui se voit décliné de plusieurs façons.
    Evidemment, il y a du clavier et des cordes, pour un mélange ample et mélodique mais quand il y a un peu de batterie synthétique, elle ne dénature jamais le (...)

  • Denis Frajerman - Tiphaine

    Parfait pour écouter dans votre bain !
    C’est ainsi que la présentation de cet album de Denis Frajerman se conclut. Tout d’abord, faute d’avoir une baignoire sous la main pour vérifier le propos, il convient de réétalonner la perception qu’on peut avoir d’un artiste. A l’aune de ce qu’on a pu entendre de la part du violoniste du côté de Palo Alto ou des imposantes Variations Volodine regroupées l’année (...)

  • Snowdrops - Missing Island

    On peut très bien se promener en forêt en automne et ne jamais voir de champignon mais si on en voit un, on en verra plein. On s’est ainsi promenés dans la musique sans vraiment entendre parler de Christine Ott mais une fois qu’on a découvert le premier album de Snowdrops (le très beau Volutes), on l’a aperçue partout. On a appris qu’on l’avait entendu chez Yann Tiersen, Oiseaux-Tempête ou les (...)

  • Maxence Cyrin - Melancholy Island

    Il y a certains noms et concepts qui ne s’oublient pas. Le souvenir de ces percutantes reprises de standards de musique électronique au piano est si prégnant qu’on associe toujours les deux plus de quinze ans après. C’est avec curiosité donc qu’on reprend contact avec cet attachant pianiste. Et si on a depuis découvert plusieurs sociétaires de cette belle veine néo-classique (Akira Kosemura, Tim (...)