Accueil > Musique > 2021 > Uzul - Evolve

Uzul - Evolve

mercredi 14 avril 2021, par Marc


Un album de techno minimale teintée de dub. Voilà, c’est l’étiquette, c’est la description. Pour une fois, on pourra dire qu’elle est assez correcte. Ce qu’elle ne dit pas par contre, c’est à quel point c’est réussi. Si le style est balisé, le thème ne fera pas de mystère non plus, le Français plongeant dans les abysses pour son premier album.

Les sons réverbérés sont là dès Aquatic. On entre dans la danse, littéralement. Pourtant, cette techno relevée de house pourrait se révéler bien moins intéressante qu’elle ne l’est en réalité. Ce sont ces petites variations aquatiques qui finalement assurent le liant, et nous accompagnent tout au long de cet album sans temps mort.

La profondeur du son de Nemo qui révèle ses influences deep house. Mais c’est d’une manière général cette façon d’appréhender la minimal nous plait particulièrement. Cette poussée continue de Water For Life utilise des bribes de voix réverbérée en repère humain dans un luxuriant monde aquatique. Mais il peut aussi sortir les très grosses basses sur Allo, à la lisière de l’acid.

Sea Horse est un morceau marquant parce qu’il arrive à mêler une sensation de déséquilibre, de glissade continuelle tout en gardant une belle rondeur. Sur l’autre sommet de l’album, Music Is a Game, c’est le dub qui prend le dessus (avec même un mélodica reggae du plus bel effet) mais le rythme ne s’avachit pas pour autant, les giclées d’euphorie sont bel et bien là.

Une des mesures du talent est la propension à fusionner ses influences pour en faire quelque chose de personnel, cohérent et enthousiasmant. A cette aune, Uzul en a indéniablement, et nous livre un des albums électroniques les plus convaincants de ce début d’année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)