Accueil > Musique > 2021 > Xiu Xiu - Oh No

Xiu Xiu - Oh No

vendredi 16 avril 2021, par Marc


L’angle de la santé mentale n’est certainement pas le moins pertinent pour aborder la discographie de Jamie Stewart. Sans doute que cette instabilité, cette impression de danger permanent qui rend toute écoute tendue est une conséquence directe de ce simple fait, d’un mal-être qu’il n’a jamais caché mais qu’il tente de contourner.

Et un des meilleurs moyens de le contourner est la musique, ou plutôt les artistes qu’il apprécie et qui le lui rendent bien et qui peuplent ce bien délectable album de duos. Si tout le monde ne nous est pas familier dans le casting, ceux qu’on connaît sont (très) chers à nos cœurs.

On n’imaginait pas nécessairement Owen Pallett se mêler au monde parfois glauque mais la fusion des univers a bien lieu et même si ce n’est pas le moment le plus marquant, il permet de mesurer l’amplitude des capacités du Canadien qui peut aussi bien assurer les arrangements d’artistes comme Arcade Fire, Mika, Pierre Lapointe ou Pet Shop Boys.

Plus attendue était la présence de Jonathan Meiburg avec qui ils avaient déjà formé l’éphémère duo Blue Water White Death. Leur capacité à tisser des structures est indéniable et se retrouve ici, à l’inverse du lyrisme dont ils peuvent faire montre parfois (souvent même). Stewart avait aussi déjà collaboré avec Fabrizio Modonese Palumbo et leur morceau commun a un son plus léger et plus foisonnant à la fois. C’est clairement un des morceaux les plus perchés celà dit. Dans les incontournables, Angela Seo est officiellement la moitié de Xiu Xiu, sa présence n’est évidemment pas surprenante ici.

Si l’exercice imposerait une critique piste par piste tant il n’y a aucune faiblesse, notons ce qui marque le plus. Avec l’excellente Chelsea Wolfe, ils s’attaquent à l’iconique One Hundred Years pour un résultat forcément dense et intense. Le résultat peut aussi être imposant comme Saint Dymphna avec Twin Shadow, un des meilleurs moments ici.

Notons aussi la beauté majestueuse d’I Cannot Resist avec Drab Majesty. Dans ses copinages, il trouve au passage de remarquables compagnons de jeu. La voix d’Haley Fohr est en tout cas très en accord sur ce morceau à la mélodie bien tracée. Il est même étonnant comme l’excellente Sharon Van Etten chante un peu comme lui.

Il y a aussi des moments carrément ludiques comme Rumpus Room avec Liars dont le clip forcément étrange nous avait interpellés. C’était en tous cas une bonne idée de se servir de ce morceau presque dansant pour donner envie d’en savoir plus.

D’une manière générale, ceci est un album de Xiu Xiu. Et étrangement, sans doute son œuvre la plus apaisée. Peut-être parce que celui qui a un badge I Hate People sur sa sangle de guitare a trouvé du réconfort auprès de fans attachés et bienveillants et d’artistes qui comme lui peuvent transcender leurs humeurs par l’art.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Xiu Xiu - Oh No 16 avril 2021 10:59, par Laurent

    Oui, au regard de sa discographie c’est un album assez... reposant. Et donc très délectable.

    repondre message

    • Xiu Xiu - Oh No 18 avril 2021 17:17, par Marc

      Pour être tout à fait honnête j’aime beaucoup ses albums plus dérangés mais c’est reposant de pouvoir juste en profiter.

      repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)