Accueil > Critiques > 2021

Françoiz Breut - Flux Flou de la Foule

lundi 19 avril 2021, par marc


Certain.e.s artistes se sont imposés comme des piliers de notre monde musical, comme des amis imaginaires dont on aime recevoir des nouvelles de temps à autre. Françoiz Breut est indéniablement du nombre. S’il faut remonter assez loin pour une critique en bonne et due forme, elle nous a accompagnés depuis. Et la retrouver est un plaisir.

Et elle nous revient avec un album qui prend des teintes plus pop synthétique, avec Marc Melià à la production et sa belle voix toujours mise en avant. Le style s’incarne d’emblée avec Juste de Passage c’est un bien engageant départ. On pense à des choses pas françaises comme Bat For Lashes dont il a le potentiel d’évocation, rien que ça...

Mais si on ne retrouve pas tout de suite un morceau de ce calibre il faut le dire rare, on passe d’un morceau à l’autre sans lassitude, profitant de détails qui plaisent comme le petit côté bluesy de Mes Pêchés S’accumulent. Dérive Dans La Ville Cannibale est un délire sur un ska à la modernité vintage. C’est éminemment personnel, j’ai à chaque fois pensé à ces exercices étranges des Brochettes. En bien moins malaisant cela va sans dire et pour un résultat qui finit par emporter l’adhésion. Il faut du tempo pour que ce style fonctionne, comme Métamorphose ou Vicky le prouvent par l’absurde. Ou alors quand le cocon véloce de Comme Des Lapons emporte l’adhésion sans coup férir. Mais ce n’est pas une obligation non plus, on la suit résolument quand la lenteur se fait langueur avec une petite pointe d’intensité (Mon Dedans vs Mon Dehors).

Lors des premières écoutes, j’étais persuadé que c’était Bertrand Belin qui prêtait sa voix à La Fissure mais il se révèle que c’est Jawhar. Et c’est une bonne nouvelle, on a toujours préféré l’univers de ce dernier et sa prestation en français vaut le détour.

Ce sont donc de belles retrouvailles au travers d’un album qui a une teinte propre, une ambiance un peu étrange mais toujours personnelle et familière, et surtout quelques très hauts faits qui ont un goût de revenez-y.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)