Accueil > Critiques > 2021

Raoul Vignal - Years In Marble

mercredi 2 juin 2021, par marc


Virtuose de l’arpège, le Lyonnais Raoul Vignal a su imposer sa délicatesse avec une belle assurance. L’évolution de sa discographie semble d’ailleurs logique, avec une construction patiente, commençant par un album presque uniquement acoustique, lui a permis de ne pas brûler les étapes et de toujorus proposer des albums toujours aboutis mais de plus en plus variés.

Si la voix peut toujours évoquer Nick Drake, ce ne sont pas les cordes qui assurent la majorité des arrangements comme chez le légendaire chanteur folk anglais. Ça reste bien beau donc, surtout quand le ton se fait plus profond sur Coastal Town. Et puis le meilleur nous est offert sur Red Fresco, de sa belle intro à la fin de morceau dense à souhait. Incroyable comme une petite batterie et cette guitare occupent l’espace.

Silence est plus ample, avec une propension à monter sans jamais céder à des effets faciles. On peut parfois comparer ça à ce genre de pop indé américaine en apesanteur (A River Runs Wild) mais atteinte sans essayer de le faire, avec un naturel déconcertant. Et puis il y a une facilité mélodique jamais démentie. Et quand il pousse vers un mid-tempo, il frappe juste tout simplement (To Bid the Dog Goodbye)

Léger ou profond ? Avec Raoul, on ne doit jamais choisir. La légèreté des arpèges, la délicatesse jamais mièvre de la voix et quelques envolées bien senties le confirment, le poulain de l’écurie Talitres n’a pas fini de nous enchanter.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Raoul Vignal - Years In Marble 3 juin 2021 18:25, par Laurent

    — Je vais tenter en deux briques.
    — On vous écoute, Gérard.
    — Piers...
    — Brosnan ?
    — Faccini...
    — Ah, je l’ai : Raoul Vignal.
    — Bravo Gérard. Il est vrai que le folk délicat du Français évoque très régulièrement celui de Faccini. Je rappelle par ailleurs à nos téléspectateurs que ce dernier a sorti récemment un excellent album où ses velléités arabisantes se font plus marquées. Mais trêve de promo, le héros du jour s’appelle Raoul, et son Red Fresco est effectivement plus que sympathique.
    — Encre ?
    — Arrête, Gérard.

    repondre message

    • Raoul Vignal - Years In Marble 7 juin 2021 08:16, par Marc

      (la critique pyramide, il fallait y penser... personne d’autre n’y aurait pensé je pense). C’est vrai que la ressemblance avec Piers Faccini est là. J’ai beaucoup écouté et apprécié son dernier album sans trouver quoi que ce soit de pertinent à en dire. On peut considérer que c’est une preuve de qualité. Dans un genre connexe, c’est aussi troublant d’écouter en même temps celui de Will Stratton (article imminent). Mais ils ont leurs qualités propres tous les trois, c’est ça le plus important.

      repondre message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)