Accueil > Musique > 2021 > Will Stratton - The Changing Wilderness

Will Stratton - The Changing Wilderness

mercredi 9 juin 2021, par Marc


La conjonction des sorties de Raoul Vignal et Will Stratton dans des genres connexes a confirmé une chose. Loin de s’annuler mutuellement, ces deux albums ont confirmé qu’on adore ça. De Nick Drake à José Gonzalez, on a un amour vrai pour les virtuoses de l’arpège. Comme la fréquence des ondes supporte la musique, ce picking établit une structure légère et profonde à la fois.

La beauté est là, immédiatement. Parce que les mélodies sont belles évidemment. Les cordes n’y sont pas nécessairement soyeuses et arrivent à amener le morceau ailleurs sans que ses indéniables qualités (mélodiques notamment) n’en pâtissent. Il en résulte une belle ampleur que ne renierait pas un Sufjan Stevens. Oui, on est à ce niveau d’excellence.

Hatred corrupts/But it purifies too/It simplifies thoughts/Just like love can do (Black Hole)

C’est presque une palette impressionniste qui est utilisée sur The Changing Wilderness. Cette résurgence avec la voix féminine est somptueuse. On la retrouve sur Infertile Air qui lui aussi nous emporte d’une mélodie renversante dans un emploi est aussi judicieux que chez Andrew Bird. A l’opposé, il renoue avec les arpèges plus secs de ses débuts sur The Rain. Il semble se placer dans le sillage de ceux dont la discographie évolue vers la simplicité et la lumière.

Sans doute faut-il y voir un certain effet de surprise ou la joie des retrouvailles, mais la première partie de l’album apparaît comme plus percutante. Mais il y a toujours de la beauté là-dedans et on se surprend à y revenir encore et encore. Il nous quitte d’ailleurs sur un bien senti

In the end/We’re gonna learn.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)