Accueil > Critiques > 2021

John Grant - Boy From Michigan

lundi 12 juillet 2021, par Marc


On aime apprécier John Grant. Pour ne rien vous cacher, on aimerait l’apprécier encore plus et ce que confirme cet interview avec Elton John, c’est que le statut du bonhomme est maintenant bien établi.

Depuis les Czars et ce premier album solo avec Midlake en backing band, son style s’est précisé. C’est donc plutôt linéaire, toujours ample. On retrouve ces sons d’inspiration psychédélique seventies qui lui vont fort bien et maintenant sont complètement intégrés à son style. Avec comme souvent un peu plus d’électronique (Best In Me), voire des sons un rien plus âpres et industriels (Rhetorical Figure) mais il n’y a pas énormément de variations. Surtout qu’il y a de longues transitions instrumentales.

On l’avait déjà dit, John Grant c’est une grande voix et un humour acéré. Quand on se concentre sur le côté musical de la chose, force est de constater qu’on a un respect immense mais que cet album paraît bien long. Il reste de beaux moments mélodiques (The Cruise Room, Just So You Know) bien évidemment et sa voix pousse sur The Only Baby, morceau de près de 10 minutes qui montre qu’il domine son sujet.

Toujours majestueuse, moins délirante que dans un passé récent, sa musique prend de l’ampleur mais ce n’est sans doute pas un album sur lequel on reviendra. On ne lâche donc pas John Grant même si on confesse que le temps semble un peu long sur ce Boy From Michigan éminemment personnel mais peu spectaculaire.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • John Grant - Boy From Michigan 14 juillet 2021 16:33, par Laurent

    Je ne suis pas précisément l’aficionado lambda du bonhomme, et en effet le temps me semble long par moment sur ce nouvel album. Il m’apparaît pourtant qu’on tient peut-être là un des disques marquants de l’année ou, à défaut, une de ses très grandes chansons : The Only Baby restera pour moi le titre obsessionnel de la première moitié de 2021, dans la lignée de ce que pouvait produire un Hawksley Workman dans ses années fastes. Ensemble inégal mais sacrés highlights !

    repondre message

    • John Grant - Boy From Michigan 2 août 2021 13:10, par Marc

      Oui, The Only Baby est un morceau à retenir de cet album, évidemment, mais mon ressenti c’est au contraire un album assez égal mais sans les secousses qu’on trouvait sur les précédents. Il faudra sans doute laisser décanter un peu...

      repondre message

  • The Coral Sea - Golden Planet Sky

    J’ai fréquenté la beauté/Je n’en ai rien gardé
    Si Jean-Louis Murat parle pour lui, on peut pour notre part témoigner qu’on n’a jamais oublié la beauté qui sourdait des albums de Rey Villalobos en tant que House of Wolves. Il a fallu une mise en lumière de l’indispensable Laurent pour qu’on se rende compte qu’il officiait maintenant en tant que The Coral Sea. Et constater par ailleurs que l’album qui était (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos (...)