Accueil > Critiques > 2021

Enrico Degani - Daily Diary of a Robot

mercredi 4 août 2021, par Marc


On avait déjà rencontré la musique d’Enrico Degani à l’occasion de sa collaboration avec Fabrizio Modonese Palumbo l’an passé. Habitué à jouer avec des musiciens jazz aventureux comme Antony Braxton, il décide de se lancer seul dans un projet décliné en quatre EP regroupés sur cet album.

Le point de départ est un cycle de vie de robot. Mais ce qui l’intéresse, c’est évidemment moins le côté mécanique que les possibilités de conscience et d’éveil. Degani avoue trouver dans la perfection de l’électronique de l’espace pour créer de l’imperfection, et, partant, de l’humanité. C’est dans cet interstice que se situe cet album et que sa réussite est à chercher.

Avec un expérimentateur de la musique (on lui doit un système post-tonal) et un thème extra-humain, on pourrait s’attendre à un album froid mais c’est exactement le contraire qui se passe. On commence donc par la naissance, avec une entrée en matière plutôt douce. Rien ne viendra prendre l’auditeur à rebrousse-poil cela dit.

C’est une musique (l’album n’est pas instrumental) d’évocations, faussement mécanique par moments (Raise and Walk) mais le ton n’est pas robotique, il est au contraire empreint d’une humanité indéniable, avec des textures sonores plus denses qu’il n’y paraît et les lignes mélodiques sont toujours impeccablement lisibles. On retrouve même occasionnellement la mélancolie de The Notwist (My Human) pour un résultat forcément réussi. Comme l’espace, la robotique est un domaine qui suinte le spleen et il est tenace ici, sur toute la longueur de cet album.

Autre réussite, il y a des déclinaisons, de la variété, entre Loading System en blues étrange et décharné et Module 1 plus dissonant, on sait la maîtrise de Degani. Il peut évidemment se reposer sur une vraie virtuosité acoustique (I Dreamt I Was Wooden Made). Freedom Flower est un hommage au sublime Bella Ciao, ultime touche faussement détachée qui nous laisse avec nous-mêmes.

S’il faut un peu de temps pour s’imprégner de l’importance de cette oeuvre (on vit avec elle depuis de nombreux mois maintenant), la cohérence entre le fond et la forme, la mélancolie presque métaphysique qui s’en dégage en fait un album résolument à part, riche de ses imperfections revendiquées.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Enrico Degani - Daily Diary of a Robot 7 août 2021 15:17, par Laurent

    Quel album étrange... j’y ai trouvé des titres "chantés" (disons psalmodiés) franchement agréables (My Human et Raindrops en particulier), côtoyant les expérimentations les plus pointues. C’est sûr qu’une écoute unique ne permet pas de se faire une idée arrêtée mais comme tu dis, c’est aventureux !

    repondre message

    • Enrico Degani - Daily Diary of a Robot 9 août 2021 08:33, par Marc

      Il m’a fallu trois mois pour en faire le tour, de la perplexité à un certain enchantement. Pas facile de se faire une place quand il faut autant s’investir. Mais il peut être plaisant d’emblée, c’est déjà ça.

      repondre message

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)