Accueil > Musique > 2005 > Jean-Louis Murat : 1829

Jean-Louis Murat : 1829

lundi 21 août 2006, par Marc


C’est décidé, je vais créer un template pour les critiques de Jean-Louis Murat. Il n’y aurait qu’à ajouter un lien vers la dernière critique par exemple. Ce serait bien utile tant l’abondance de l’oeuvre de l’Auvergnat rend difficile le recensement. Je vais donc me borner qu’en un an et demi d’existence de ce site, c’est la cinquième fois que je critique un Jean-Louis Murat. Si ça vous intéresse (j’espère que ça vous intéresse), voyez ici, là, ou encore ici, voire même là.

Après avoir joué les paroliers sur des compositions de son comparse Fred jimenez (A bird on a poire), il teste ici ses talents de mélodiste puisque les paroles ne lui ont pas dûes. En effet, c’est à l’auteur de deux titres du précédent Mockba qu’on doit les textes. Au XIXème siècle, Béranger était plus célèbre que Victor Hugo. Il est bizarre de voir ce que la postérité fait des vedettes de leur temps. Finalement l’écriture de Murat se trouve plus proche de celle d’un auteur d’il y a 150 ans que de Houellebecq par exemple, pour reprendre un exemple d’auteur contemporain ayant fait mettre ses écrits en musique. Les histoires relatées sont parfois bien croquignoles (Le pape musulman), des souvenirs qui semblent un peu surannés (le charme napoléonien de Les souvenirs du peuple).

Au niveau de l’orchestration, c’est assez minimaliste. Une guitare acoustique souvent relevée d’une batterie ou d’une basse, mais jamais plus. Du folk dans toute sa simplicité. Mais qu’on se rassure, ce n’est jamais aride.

Et au niveau de la qualité ? Eh bien c’est du Murat pur jus. Entendez que l’exercice semble vain à la première écoute mais au fur et à mesure des écoutes on se prend à penser que cet intermède est finalement de plus haute tenue que Mockba, plus constant. La simplicité des arrangements, la facilité déconcertante de Jean-Louis Murat pour les mélodies, le contenu moins abscons des textes emportent le morceau. L’exercice est infiniment plus léger que le projet avec Isabelle Huppert à propos de chansons d’une poétesse du XVIIIéme siècle.

Comme on n’attend presque rien de cet album de plus, qu’on ne doit pas être des masses à accumuler tout ce qu’il a fait ces deux dernières années, on n’est pas déçus. C’est en tous cas un des rares albums récents à être de qualité constante (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)