Accueil > Critiques > 2021

Nicolas Jules - Le Yéti

vendredi 13 août 2021, par marc


Voici déjà revenir Nicolas Jules. Ce n’était donc pas un charme passager, la rencontre d’un artiste et d’un contexte. On replonge donc tête la première avec une entrée en matière des plus alléchantes. Outre son étrange et prenant slogan, Mort aux Photocopieuses, il y a une richesse délectable dans ce morceau et il peut vous poursuivre, sachez-le.

Cette ambiance intrigante et familière à la fois ne nous lâche pas. Pour ça, il faut qu’on ait envie de suivre un artiste dans ses délires et on peut dire que c’est le cas. On est bien aidés aussi par des mélodies soignées qui nous prennent dans le sens du poil auditif (pour autant que ça existe).

Musicalement, on reste dans un ton americana parce que c’est par-là que les influences peuvent se chercher mais c’est tellement assimilé que le style apparaît comme singulier. Et c’est une des grandes réussites de l’album. On note des traces de bluegrass (banjo et fiddle) sur Ne Pas Compter qui a son petit air de Gaëtan Roussel. C’est aussi l’absence d’effets de manche qui rend L’Aventure enivrant, parce que cette émotion semble jaillir d’elle-même et pas d’un savant calcul. Il y a même des morceaux instrumentaux qui sortent cet album du carcan ‘chanson française’ pris au sens littéral.

Un réflexe pavlovien nous rappelle Gainsbourg quand on entend du parler-chanter sur Tramway Jaune. Mais bon, ce n’est pas Didier Bourdon évidemment et ça fonctionne vraiment. On n’a pas de références par contre quand la voix féminine de La fiancée du Yéti part un peu en vrille mais on est aussi là pour se faire (un rien) bousculer. Et puis en guise d’interlude, on a droit à de bien croquignoles extraits de reportages radio.

Aux qualités déjà énumérées et toujours présentes il convient d’ajouter la productivité puisque ce copieux album de 17 titres sort un an après son avenant prédécesseur. Notre attachement grandit encore puisque c’est aussi bien sans être pareil, réservant des surprises et ne brisant jamais la connivence qui nous lie désormais à lui. A l’an prochain ?

https://nicolasjules.bandcamp.com/album/le-y-ti

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)