Accueil > Musique > 2005 > Roisin Murphy : Ruby Blue

Roisin Murphy : Ruby Blue

lundi 21 août 2006, par Marc


Il y a peu de chances de revoir Moloko à court terme. Mise en vacances, Roisin Murphy, la charismatique chanteuse de ce groupe finalement essentiel s’est réfugiée dans la musique électronique. Elle aurait pu étrenner ses tenues extravagantes dans un disco kitch ou dans de la dance policée mais non, c’est sur Matthew Herbert que s’est dirigé son choix.

Annoncé par les deux EP vinyles Sequins (je n’ai pas vu passer le troisième, distraction ?) à la pochette déjà fort moche, le premier album de la belle (sisi) Irlandaise est plutôt touffu et difficile. Ayant pu me familiariser suffisamment tôt avec les maxis, il a fallu moins d’écoutes pour l’apprivoiser.
Car si ce n’est pas obscur, loin de là, on est plutôt loin de la variété, si on excepte le pas fameux single If we’re in love.

Funk blanc et froid, sons d’origines diverses et difficilement identifiables, il popose différents niveaux d’écoute en fonction de l’attention de l’auditeur.
Mais qu’y entend-on vous vois-je déjà demander d’un air suspicieux. Eh bien, à l’instar de cette antique publicité pour les fromages belges : un peu de tout. Parfois un petti relent eighties (Sow into you), du Portishead passé au concasseur (Sinking feeling), du Tom waits electro (Night of the dancing flame), un morceau que Björk n’aurait pas renié (Ramalama) ou plus généralement du funk froid (Dear Diary). Certains morceaux manquent cependant d’accroche pour se rendre indispensables (Trough time). Ca ne peut pas marcher à tus les coups (Off on it) et empire avec la lenteur (The closing of the doors).

Sur foi d’un concert de Moloko à l’ambiance électrique à Werchter en 2003, on ira revoir Roisin avec plaisir au Pukkelpop. Vos efforts d’écoute seront donc récompensés si vous passez outre votre aversion pour une certaine forme de soul froide. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)