Accueil > Critiques > 2021

Antoine Wielemans - Vattetot

mercredi 24 novembre 2021, par marc


Cet album d’Antoine Wielemans répond à une question qu’on ne s’était jamais posée : “A quoi ressemblerait Girls in Hawai en français ?”. Enfin, c’est un peu plus compliqué que ça, il n’est après tout qu’un membre du quintette mais quand on sait son rôle central et le résultat ici

Il faut l’avouer aussi, on ne s’est jamais demandé ce que racontent les chansons du groupe de Braine l’Alleud. Ils avouent d’ailleurs placer les textes en fin de processus. Il faut dire que l’emploi de l’anglais est plus un parti-pris esthétique qu’une ambition littéraire, on n’a jamais tenté l’exégèse des textes de ceux qui ne sont pas nativement anglophones. Passer au français est surtout un risque à cet égard, parce que les textes passent au centre de l’attention. Ils sont réussis, ces textes, parce qu’ils trouvent d’emblée la distance juste entre quotidien et poésie, s’insérant dans cette musique tristoune (on adore) sans aucune auto-complaisance.

Antoine avoue d’ailleurs qu’en anglais ça sonnait trop comme avec son groupe de base. Se sont ajoutées une envie de clarté qu’on ne peut concevoir qu’avec sa langue maternelle et la découverte d’un nouvel instrument, le piano, a été visiblement salutaire. Ajoutons à ça un changement de décor avec un déplacement solitaire en Normandie et le contexte est à peu près complet.

Etrangement, alors que la voix n’a jamais été le point d’attraction central de la musique de GIH (alerte à la litote), ils ont toujours su le placer de la façon la plus flatteuse possible. Il y chante un peu différemment ici, ce n’est qu’en quelques moments (poésie) que le rapprochement est le plus manifeste.

Et c’est beau d’emblée, avec des passages instrumentaux qui dépassent largement ce qu’on est en droit d’attendre de chanson française, qui apportent de la matière (Blanche). Sans jouer aux jeux des sept erreurs, on retrouve avec plaisir la mélancolie tenace du groupe de base. Les arpèges de De l’Or pourraient provenir d’un morceau de Nocturne tandis que le clavier de Bruxelles a les accents ouatés d’Air. Et on se dit que cet album uniformément plaisant regorge de moments d’intensité forte.

Il y a des thèmes maudits. Comme les berceuses, les chansons sur Bruxelles sont un appel à la médiocrité. Rien de ça ici, le morceau qui porte le nom de la capitale de la Flandre (mais pas que...) n’est pas un hommage mais un contexte. Et c’est réussi, du coup.

Plus qu’une escapade d’un chanteur dont on aime le groupe, c’est un nouveau talent francophone qu’on salue ici. Un album de pop française qui garde les qualités de mélancolie de Girls In Hawai, on n’avait en effet jamais osé le penser. Mais on l’a, maintenant. Et on le garde.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Antoine Wielemans - Vattetot 25 novembre 2021 09:27, par Laurent

    Excellent article ! (Et j’aime aussi beaucoup l’album...)

    Mmmh, quant aux chansons sur ma ville, je dirais que cette dernière inspire autant de titres excellents (Annegarn et ses nombreuses reprises, Brel, Daniel Hélin, la plupart des rappeurs d’ici) que de trucs bien pourris (outre un tube tout frais, mentions spéciales aux insoutenables Boulevard des Airs et à l’inénarrable Edouardo).

    repondre message

    • Antoine Wielemans - Vattetot 25 novembre 2021 11:15, par Marc

      C’est précisément à Annegarn que je pensais en écrivant cette phrase, je n’aimais déjà pas cette chanson avant qu’on ne l’entende tout le temps après les attentats. Il y a évidemment beaucoup de bonnes choses sur Bruxelles, ce serait réducteur de dire le contraire.

      J’ignorais que Boulevard des airs avait commis quelque chose dans cette catégorie, j’ai presque envie de vérifier...

      repondre message

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)