Accueil > Critiques > 2021

The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7

lundi 13 décembre 2021, par marc


S’il est communément admis qu’on peut identifier des amis à leur propension à nous décevoir, The Wooden Wolf n’en fait pas partie tant on n’a jamais été déçus par Alex Keiling. Il y a pourtant avant l’écoute une minuscule appréhension. Sera-t-on encore charmé ?

La voix éraillée et son humanité bouleversante sont toujours là. Le style reste, les différences sont à la marge et donnent une tonalité différente à chaque parution. Sur ce septième opus, on distingue des atours plus légers et on peut s’imaginer que Kurt Cobain aurait pu évoluer comme ça après le somptueux Unplugged. C’est la première fois que cette référence s’impose et il faut dire qu’elle est tenace (et pas désagréable non plus). Le mal-être de l’Américain n’est cependant pas restitué au contraire d’une ferveur qu’on apprécie toujours chez lui. Ses fantômes restent américains (John Fante’s Blues) et quand il s’attaque à un président (How I Killed Mr President), on l’imagine plus s’adresser à Truman qu’à Macron.

On quitte la tension pure de, disons Vic Chestnuttpour la beauté plus apaisée d’un Elliott Smith. Ces exemples sont volontairement pris à très haute altitude, là où on rencontre des artistes de ce calibre. Des arpèges qui peuvent d’ailleurs rappeler Leonard Cohen (The Ghost). La voix est éminemment différente mais on est à ce degré de classicisme-là. La sobriété des cordes étant même d’un niveau jamais atteint par le maitre canadien. Celles de Just To Be A Witness semblent plus un doux vrombissement d’ailleurs. Les morceaux ont pourtant été enregistrés à la Tascam 4 pistes (il y a du bouncing...) pendant le premier confinement. Ce genre de procédé ajoute un grain qui convient bien évidemment.

Et puis il y a ces morceaux, ces moments où ce qu’on aime déjà se voit confirmer par une intensité encore supérieure. I Don’t Know I Don’t Know est de ceux-là et on les ajoute à la longue liste de ce qui nous a chaviré chez lui. Il y a en effet ces mélodies qui frappent par leur limpidité (Just To Be a Witness). On ne s’étonne même plus que tant d’espace émotionnel soit investi par une voix et un arpège (Lonely Pants).

Il y a toujours une évolution, une particularité en passant d’un album à l’autre. Ici, c’est la douceur qui prime, tout en maintenant cette haute dose d’émotion qui nous liera toujours à lui. Bref, sept réussites en autant d’albums, la performance mérite toujours d’être soulignée.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7 13 décembre 2021 08:43, par Laurent

    Tout à fait d’accord. J’ai été saisi par la même appréhension à cause des "atours plus légers" dont tu parles, à l’écoute apéritive de Laurène Laurène en single avant-coureur. Et à l’arrivée, l’ensemble est cohérent, le charme opère comme à chaque fois et "l’humanité bouleversante" me renverse à nouveau. Je suis ravi que tu insistes sur Just to Be a Witness qui est la pierre angulaire de cet opus (le terme n’est pas galvaudé ici) et qui m’a transporté à des niveaux d’altitude rares. Ce n’est évidemment pas la seule perle ici : The Ghost et ses harmonies to die for (à se damner, comme dirait JCVD), le venin discret de Hungover Dream,... on pourrait en fait citer tous les titres donc je m’arrête là. De tous les "classiques" d’Esprits Critiques (à quand la conversion en radio ?), The Wooden Wolf est peut-être celui dont la découverte m’inspire le plus de gratitude et dont le parcours m’apparaît comme un des plus constants (ce que tu soulignes par ailleurs). Superbe album !

    repondre message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)