Accueil > Musique > 2021 > The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7

The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7

lundi 13 décembre 2021, par Marc


S’il est communément admis qu’on peut identifier des amis à leur propension à nous décevoir, The Wooden Wolf n’en fait pas partie tant on n’a jamais été déçus par Alex Keiling. Il y a pourtant avant l’écoute une minuscule appréhension. Sera-t-on encore charmé ?

La voix éraillée et son humanité bouleversante sont toujours là. Le style reste, les différences sont à la marge et donnent une tonalité différente à chaque parution. Sur ce septième opus, on distingue des atours plus légers et on peut s’imaginer que Kurt Cobain aurait pu évoluer comme ça après le somptueux Unplugged. C’est la première fois que cette référence s’impose et il faut dire qu’elle est tenace (et pas désagréable non plus). Le mal-être de l’Américain n’est cependant pas restitué au contraire d’une ferveur qu’on apprécie toujours chez lui. Ses fantômes restent américains (John Fante’s Blues) et quand il s’attaque à un président (How I Killed Mr President), on l’imagine plus s’adresser à Truman qu’à Macron.

On quitte la tension pure de, disons Vic Chestnuttpour la beauté plus apaisée d’un Elliott Smith. Ces exemples sont volontairement pris à très haute altitude, là où on rencontre des artistes de ce calibre. Des arpèges qui peuvent d’ailleurs rappeler Leonard Cohen (The Ghost). La voix est éminemment différente mais on est à ce degré de classicisme-là. La sobriété des cordes étant même d’un niveau jamais atteint par le maitre canadien. Celles de Just To Be A Witness semblent plus un doux vrombissement d’ailleurs. Les morceaux ont pourtant été enregistrés à la Tascam 4 pistes (il y a du bouncing...) pendant le premier confinement. Ce genre de procédé ajoute un grain qui convient bien évidemment.

Et puis il y a ces morceaux, ces moments où ce qu’on aime déjà se voit confirmer par une intensité encore supérieure. I Don’t Know I Don’t Know est de ceux-là et on les ajoute à la longue liste de ce qui nous a chaviré chez lui. Il y a en effet ces mélodies qui frappent par leur limpidité (Just To Be a Witness). On ne s’étonne même plus que tant d’espace émotionnel soit investi par une voix et un arpège (Lonely Pants).

Il y a toujours une évolution, une particularité en passant d’un album à l’autre. Ici, c’est la douceur qui prime, tout en maintenant cette haute dose d’émotion qui nous liera toujours à lui. Bref, sept réussites en autant d’albums, la performance mérite toujours d’être soulignée.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Wooden Wolf - Songs of the Night Op.7 13 décembre 2021 08:43, par Laurent

    Tout à fait d’accord. J’ai été saisi par la même appréhension à cause des "atours plus légers" dont tu parles, à l’écoute apéritive de Laurène Laurène en single avant-coureur. Et à l’arrivée, l’ensemble est cohérent, le charme opère comme à chaque fois et "l’humanité bouleversante" me renverse à nouveau. Je suis ravi que tu insistes sur Just to Be a Witness qui est la pierre angulaire de cet opus (le terme n’est pas galvaudé ici) et qui m’a transporté à des niveaux d’altitude rares. Ce n’est évidemment pas la seule perle ici : The Ghost et ses harmonies to die for (à se damner, comme dirait JCVD), le venin discret de Hungover Dream,... on pourrait en fait citer tous les titres donc je m’arrête là. De tous les "classiques" d’Esprits Critiques (à quand la conversion en radio ?), The Wooden Wolf est peut-être celui dont la découverte m’inspire le plus de gratitude et dont le parcours m’apparaît comme un des plus constants (ce que tu soulignes par ailleurs). Superbe album !

    repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)