Accueil > Critiques > 2021

The Blank Agains - Songs For The Past (EP)

vendredi 10 décembre 2021, par marc


Un bon tiramisu doit être fondant mais garder sa consistance. Sa réussite dépend donc d’un subtil mélange entre des qualités apparemment contraires. La musique pop fait face à une aporie du même ordre et divers points d’équilibre sont possibles et The Blank Agains vient assurément d’en trouver un.

La référence du nom reste, les ressemblances avec Ride n’existent pratiquement plus chez la bande de Yann Luyckfasseel. N’attendez pas de mur du son donc même s’il est travaillé et nous ménage des frissons inattendus (on y reviendra). On entend donc une musique pop à guitares mais sans distorsion, genre qu’on fréquente de temps à autres surtout s’il nous ménage autant de statisfaction (Colver par exemple).

La guitare ne prend jamais franchement le dessus et cette fausse discrétion nous vaut des moments bien sentis, tous les morceaux ayant droit à cette densité supérieure sans que jamais le procédé n’apparaisse comme systématique. Elle peut par exemple prendre des airs psychédéliques avec un groove d’une coolitude folle (A Song For No One) ou prendre la direction ascensionnelle (Gunslinger) .

Past Faces pousse un peu le tempo et se permet quelques changements de direction. Sur le plus solaire New Horizon, on sent revenir le souvenir de choses qu’on a tant aimé, Blur et Boo Radleys en tête. C’est clairement par là qu’il faut chercher l’inspiration, même si le son plus solide et le groove plus présent ancrent ces morceaux dans 2021.

Il y a un monde entre légèreté et évanescence et The Blank Agains le sait bien, truffant cet EP de moments plus sentis tout en ne se déparant jamais de son accessibilité. Pop et dense, on n’en demande jamais plus. La pop ne devrait se concevoir qu’en EP. On repasse d’autant plus volontiers ce savoureux dessert.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)