Accueil > Musique > 2021 > Centredumonde and Garden With Lips - Hiver ! Hiver ! Cannicule Particulière (...)

Centredumonde and Garden With Lips - Hiver ! Hiver ! Cannicule Particulière (EP)

vendredi 17 décembre 2021, par Marc


Dire qu’il y a un peu plus d’un an on n’avait jamais entendu parler de Centredumonde. Depuis il y eut un EP avec Claire Redor, un autre EP et une collection de démos. On aurait eu de quoi patienter donc mais on ne va pas se plaindre d’avoir de la fraiche à se mettre sous la dent. Trois publications sur la même année, même le Jean-Louis Murat des années fastes ne nous l’avait pas fait.

Le fait qu’il détaille le contexte de chaque morceau sur Facebook est aussi un incitant à l’attachement (qui n’avait pas besoin de ça il faut le dire). On attend donc les notes sur ces morceaux-ci. On l’avoue, Garden With Lips était inconnu de nos services. Quand il assure les lignes de chant, sa voix évoque ce qu’on entendrait chez Benjamin Schoos s’il retrouvait son humour sur ses disques.

Comme le dernier contact auditif qu’on ait eu était une copieuse collection de démos, ceci apparait par contraste comme très bien fini, avec une relative froideur qui va bien au teint (pâle mais volontaire) des morceaux. Des gros synthés qui tachent sont de sortie sur D’un Simple Regard où on retrouve les errances qui parsemaient les démos, cette observation, cet avis forcément extérieur. Le ton est un pourtant un peu différent et cette dance placide et un peu dépressive de Ligne Claire nous plait évidemment énormément. Des articulés met aussi en branle la mélancolie massive et solide qu’on est venus chercher, petits taquins que nous sommes.

Petite marotte toujours présente, la reprise en français d’un tube anglo-saxon des années ‘80. C’est le classique de A-Ha qui s’y colle et si le gimmick est bien là, on découvre que ce morceau est suffisamment bien fichu à la base pour ne pas reposer que là-dessus.

Il existe un monde parallèle de la chanson française (avec des gens comme Institut ou Gratuit !) et pour le moment hors des radars du mainstream (Victoires de la musique ce genre) et de la hype (Les Inrocks et autres que peu de gens suivent finalement) et il est bien excitant. L’univers de Centredumonde et ses amis est toujours plus vaste qu’on ne le pense. Vers l’infini et au-delà donc.

Une dernière caractéristique bien plaisante est que comme toutes les publications citées, celle-ci est proposée en téléchargement gratuit (allez sur le bandcamp ci-dessous).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)