Accueil > Critiques > 2021

Fink - IIUII

lundi 20 décembre 2021, par marc


Dix albums, c’est peut-être le moment de prendre du recul. L’occasion s’est présentée pour le toujours impeccable Fin Greenall de retravailler son matériel avec son groupe de tournée sur ce It Is Until It Isn’t. Ce n’est pas la première fois qu’il se réapproprie ses morceaux, Bloom Innocent avait eu droit à sa relecture acoustique. C’est tout seul à la guitare et flanqué d’un seul contrebassiste qu’on l’avait découvert après tout. Il y a aussi un album de versions dub (Horizontalism), ce qui situe le pôle opposé de sa discographie et de son style. Il était sur Ninja Tune ne l’oublions pas. Pour un peu de perspective, je vous encourage à jeter un œil sur le texte sur le Bandcamp de l’album.

On se rappelle les relectures du Patrick Wolf de Sundark and Riverlights. D’ailleurs, vu qu’on n’a rien entendu de sa part depuis, c’est presque cet album-là qu’on réécoute encore et encore. Il est probable qu’on fasse la même chose ici. Tout en étant très proches de cet aspect organique pur, on a toujours tenté de discerner l’ingrédient Fink, ce petit plus qui fait la différence. Son style est en effet reconnaissable entre tous.

La version originale de Sort of Revolution était marqué par des sons dub, et si celle-ci fait l’économie de l’écho, elle resplendit tout autant. La poussée de Warm Shadow est bien là, son changement presque imperceptible mais indéniable, avec force et subtilité. Looking Too Closely est de ces sommets, ces morceaux qui nous hantent, qui nous tiennent. Evidemment, en sélectionnant des morceaux emblématiques l’intérêt ne retombe jamais.

La virtuosité n’est jamais démonstrative mais à l’écoute de Walking In The Sun, elle est bien là pour exécuter ce blues acoustique. Et puis après trois accords, les yeux se mouillent de façon tout-à-fait pavlovienne à l’entame de Shakespeare. On sait qu’on n’aura pas l’éruption de guitares électriques mais on sait aussi qu’on n’en n’aura pas non plus besoin.

4 morceaux ont droit à une seconde version purement acoustique. Mais ne vous attendez pas à des versions ‘feu de camp’ pour autant. Non seulement la scansion et la pulsation de ses morceaux l’ont toujours éloigné du landerneau folk habituel mais son chant plus expressif qu’on ne le soupçonne maintient l’intensité.

Sorti au milieu du mois d’août, on avoue qu’on était passé à côté de cet album et c’est une erreur à ne pas commettre. L’intérêt est donc en effet double. Si constituer des best-of est un peu superfétatoire en ces temps de streaming et de playlists à foison, retrouver des morceaux qui nous ont fait vibrer dans des versions non dénaturées et cohérentes est toujours un plaisir. Et puis pour la ou le profane éventuel.le, c’est une introduction rêvée à une des plus constantes et attachantes discographies qui soient.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)