Accueil > Musique > 2021 > Fink - IIUII

Fink - IIUII

lundi 20 décembre 2021, par Marc


Dix albums, c’est peut-être le moment de prendre du recul. L’occasion s’est présentée pour le toujours impeccable Fin Greenall de retravailler son matériel avec son groupe de tournée sur ce It Is Until It Isn’t. Ce n’est pas la première fois qu’il se réapproprie ses morceaux, Bloom Innocent avait eu droit à sa relecture acoustique. C’est tout seul à la guitare et flanqué d’un seul contrebassiste qu’on l’avait découvert après tout. Il y a aussi un album de versions dub (Horizontalism), ce qui situe le pôle opposé de sa discographie et de son style. Il était sur Ninja Tune ne l’oublions pas. Pour un peu de perspective, je vous encourage à jeter un œil sur le texte sur le Bandcamp de l’album.

On se rappelle les relectures du Patrick Wolf de Sundark and Riverlights. D’ailleurs, vu qu’on n’a rien entendu de sa part depuis, c’est presque cet album-là qu’on réécoute encore et encore. Il est probable qu’on fasse la même chose ici. Tout en étant très proches de cet aspect organique pur, on a toujours tenté de discerner l’ingrédient Fink, ce petit plus qui fait la différence. Son style est en effet reconnaissable entre tous.

La version originale de Sort of Revolution était marqué par des sons dub, et si celle-ci fait l’économie de l’écho, elle resplendit tout autant. La poussée de Warm Shadow est bien là, son changement presque imperceptible mais indéniable, avec force et subtilité. Looking Too Closely est de ces sommets, ces morceaux qui nous hantent, qui nous tiennent. Evidemment, en sélectionnant des morceaux emblématiques l’intérêt ne retombe jamais.

La virtuosité n’est jamais démonstrative mais à l’écoute de Walking In The Sun, elle est bien là pour exécuter ce blues acoustique. Et puis après trois accords, les yeux se mouillent de façon tout-à-fait pavlovienne à l’entame de Shakespeare. On sait qu’on n’aura pas l’éruption de guitares électriques mais on sait aussi qu’on n’en n’aura pas non plus besoin.

4 morceaux ont droit à une seconde version purement acoustique. Mais ne vous attendez pas à des versions ‘feu de camp’ pour autant. Non seulement la scansion et la pulsation de ses morceaux l’ont toujours éloigné du landerneau folk habituel mais son chant plus expressif qu’on ne le soupçonne maintient l’intensité.

Sorti au milieu du mois d’août, on avoue qu’on était passé à côté de cet album et c’est une erreur à ne pas commettre. L’intérêt est donc en effet double. Si constituer des best-of est un peu superfétatoire en ces temps de streaming et de playlists à foison, retrouver des morceaux qui nous ont fait vibrer dans des versions non dénaturées et cohérentes est toujours un plaisir. Et puis pour la ou le profane éventuel.le, c’est une introduction rêvée à une des plus constantes et attachantes discographies qui soient.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)