Accueil > Musique > 2022 > Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

mardi 18 janvier 2022, par Marc


La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.

On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de Montreux, pas exactement en endroit de messe noire si vous voulez notre avis. La setlist reprend logiquement 4 morceaux de son dernier album studio ‘chanté’ et deux du précédent, de quoi constituer un rattrapage ou des retrouvailles avec un versant de sa discographie. L’autre étant constitué d’instrumentaux à l’orgue et est aussi recommandable. L’orgue est évidemment présent ici aussi. Et pour l’anecdote, la table de mixage utilisée est celle du studio de Queen à Montreux et maintenant déplacée à Göteborg.

Oui, il y a le fantastique The Mysterious Vanishing of Electra. Si vous vous demandez si ce genre de morceau peut garder toute sa saveur en live, la réponse apportée ici est éclatante. On y retrouve la ferveur et la lourdeur des Swans et on rappelle qu’elle avait déjà assuré la première partie du groupe de Michael Gira et qu’elle a participé à leur dernier album. Cette veine plus spectaculaire se retrouve sur Come Wander With Me / Deliverance dont le final qui pousse au headbanging est l’apothéose dont ce genre de concert a besoin.

Forcément, la longueur hors-normes d’Ugly and Vengeful (plus de 19 minutes dans cette version) impose presque cette accélération, ces changements de ton et de tempo. Et puis il y a cette autre dualité, lui permettant d’être à la fois Lisa Gerrard (le début de The Truth, The Glow, The Fall) et un genre de PJ Harvey énervée. Elle enchaine fort joliment avec une pièce plus apaisée (Källans Återuppståndelse) du plus bel effet qui prend toute sa saveur entre les soubresauts du reste. Son petit rire de soulagement à la fin du morceau est la seconde qui nous rapproche d’elle et casse le côté ’prêtresse gothique’ vers lequel elle pourrait basculer.

Spectaculaire et intime, apaisé et furieux, l’univers d’Anna von Hausswolff est succulent en live, ce que cet enregistrement vient confirmer. Si ce sont des intégristes qui vous ont signalé cette artiste et que vous ne savez pas comment aborder sa belle discographie, ce live fournit une belle introduction à la plupart des aspects de cette artiste importante et complexe qu’on retrouve avec un plaisir non feint.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)

  • Deer - There’s No Future

    Comme vous êtes des fidèles d’entre les fidèles, vous vous souvenez qu’on vous a déjà parlé de ce duo mexicain installé à Hong-Kong. Lequel avait d’ailleurs eu un prolongement sous forme de remixes. On aime prendre la mesure de l’évolution des artistes et elle est patente ici. On n’attendait pas monts et merveilles de leur premier essai long et la surprise a été plutôt bonne.
    There’s No Future se veut plus apocalyptique que son titre punk le laisserait supposer. Cela dit, ça claque, la voix est bien (...)

  • Human Song - Blue Spaces

    Les références citées par un groupe sont souvent un déclarations d’intentions qui en disent plus sur leurs auteurs qu’ils ne donnent une indication sur le résultat. Dans le cas du duo français Human Song, on retrouve quelques références maintenant vintage (PJ Harvey, Björk, Tori Amos) alors que ce qu’on y entend est finalement plus proche d’artistes bien contemporains comme Anna Von Hausswolf. Evidemment, la Suédoise a un peu tué le game avec ses deux derniers albums mais ce serait dommage de se priver (...)