Accueil > Critiques > 2022

Bank Myna - Volaverunt

vendredi 25 février 2022, par marc


Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.

Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant féminin. Si on a déjà exprimé nos réticences quant à certains de ses emplois dans un cadre, disons, post-rock, il est judicieux ici. Il évoque plus des choses aériennes comme Dead Can Dance que des climats apocalyptiques ou trop éthérés. Enfin, ça, c’est au début, on se doute que tout va s’épaissir. Et on ne sera pas déçus. Evidemment, une certaine Anna Von Hausswolff a un peu cassé le game du genre mais ce n’est vraiment pas une raison pour bouder son plaisir ici.

The Sleep Of Reason présente un riff (de basse ?) lancinant et tout le morceau pousse au lent balancement du chef. The Open Door commence de façon plus aérienne, avec de beaux entrelacs de voix qui suivent une inévitable montée qui se négocie dans des pourcentages moyens. Sans doute que la raréfaction des sorties post-rock qui nous parviennent laisse plus de place à ce genre, mais il n’en reste pas moins que Bank Myna maitrise son sujet et cet album qui s’écoute comme un tout, d’une traite de préférence, et souvent parce qu’on remarque vite qu’on aime ça.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Explosions in the Sky - End

    Même si tous les styles et mélanges potentiels coexistent actuellement, force est de constater que certains ont perdu de leur vigueur. Très présent en nos colonnes il y a plusieurs années, le post-rock s’est fait plus rare. Et pas à cause d’un revirement de nos goûts, c’est l’offre qui s’amenuise. L’effet positif sans doute, c’est que les sorties ont plus de chances de se singulariser. Comme par exemple (...)

  • Sigur Rós - Átta

    Avis important pour les artistes : si vous comptez entamer un hiatus, arrangez-vous pour le faire après un bon album. C’est la bonne idée de la formation islandaise qui nous avait laissés en 2013 sur l’excellent Kveikur. Depuis, on savait le projet un cocon, notamment avec le départ de certains membres. Evidemment, on avait suivi les aventures solo du chanteur Jónsi Birgisson mais rien n’indiquait (...)