Accueil > Critiques > 2022

Kloé Lang - Aimez-Moi

lundi 11 avril 2022, par marc


Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.

On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort bien, dans une veine fort proche de l’original, mêlant pur classique et des pièces moins fréquentées (Parce Que Je T’Aime). Les arrangements (ils sont tous de Michael Wookey) de cloche sur le second sont plutôt bien vus. La voix tient logiquement les avant-postes dans ces cas-là. Septembre a déjà connu une version presque définitive par Camelia Jordana sur l’album d’Alexandre Tharaud et souffrira un peu de la comparaison, tout comme celle de Le Mal De Vivre se confronte à celle de Pierre Lapointe.

Choisir Janis Joplin est une bonne idée de contrepoint, proposant un style forcément différent et brisant toute velléité de monotonie. Mais dans l’absolu, si ces moments apportent une bienvenue variété, l’accent frenchy est manifeste (encore plus quand elle déclame) et le blues déglingué n’est pas vraiment présent. La (belle) voix claire n’est sans doute pas taillé pour ces morceaux poisseux. Aimez-Moi est un morceau personnel, avec de vrais morceaux de scat dedans qui donne une idée de ce qu’elle ferait seule.

Cet album claque comme une déclaration d’intention et une démonstration de possibilités. C’est en tant qu’exercice qu’il faut sans doute l’appréhender. Double intérêt donc, nous signaler les intentions d’une artiste et l’envie de récouter Barbara d’urgence.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)