Accueil > Critiques > 2021

Gaël Faure – L’Eau et la Peau (EP)

mardi 25 janvier 2022, par Marc


Vous vous en doutez, les sollicitations, les clips et les annonces s’amoncellent vite dans une boite mail. Ce n’est pas une excuse, mais certains passent entre les mailles du filet. Mais il y a aussi des secondes chances. Il a fallu une vidéo réalisée par Patrick Watson d’un morceau écrit par Barbara Carlotti pour que la magie opère et qu’on se penche enfin sur un EP sorti en septembre. En remontant plus loin, on se rend compte que ça fait des années qu’on est passés à côté de cet artiste. Alors on se concentre pour que vous ne fassiez pas la même erreur.

Et on voit si la connivence s’établit, sans qu’on puisse toujours comprendre pourquoi. Sans doute grâce à la fluidité de L’Œuvre de Nos Vies. Tu Risques Quoi est ce genre de morceau qui impose sa langueur,
avec un clavier entêtant comme du Sébastien Tellier. Et puis un chorus qui pousse au dodelinement, indéniablement. Renoncer marche par sa simplicité tandis que The Healer se présente en blues lancinant, avec un effet sur la voix assez convaincant, l’emmenant
dans des zones pas toujours éloignées de David E. Edwards (16 Horsepower, Woven Hand), en moins habité évidemment.

Bref, voilà un nouveau nom à retenir si ce n’est fait, un chanteur francophone qu’on ne laissera plus passer tant ces 5 titres (et le nouveau) nous ont semblé convaincants. Le puits d’artistes qui nous plaisent
sans qu’on ne les connaisse semble sans fond. Et on ne sait pas si c’est réjouissant ou intimidant.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Muet – Electrochoc (EP)

    On avait déjà confessé un goût prononcé pour ceux qui abordent la chanson française avec des envies résolument indé. Dans ce contingent, Volin nous avait beaucoup plu et on retrouve son leader Colin Vincent avec plaisir sur ce nouveau projet. Si on retrouve la même propension à garder des textes en français sur des musiques plus aventureuses, le style a un peu changé.
    Accompagné de Maxime Rouayroux, (...)

  • MHUD - Post Parade

    Il arrive qu’on voie débouler un artiste sans rien savoir de lui. C’est un peu ce qui s’est passé avec ce premier album de Matthieu Hubrecht dont on sait toujours peu en fait. Sa musique aussi arrive un peu masquée. On pense d’abord avoir affaire à une chanson française aux sonorités années ’80 mais on remarque vite que c’est plus pointu que ça
    L’instant Fragile est dans cette veine eighties, avec une (...)

  • Miossec - Simplifier

    Les retours d’albums de Miossec nous forcent toujours à nous regarder nous-mêmes. Il y a en effet tant de sincérité chez lui et une constante envie de faire le point qu’on a toujours été poussés à faire de même. On a changé depuis qu’on l’a découvert, on est moins jeunes, moins marrants, plus posés et il y a belle lurette qu’on ne beugle plus ses chansons aux petites heures.
    Au niveau des marottes, rien n’a (...)

  • Samuele - Une Paillette dans l’engrenage

    Il me faut commencer par une confession : j’ai un peu de mal avec les accents québécois trop typés ou le créole en chanson (seulement en chanson, je précise...). C’est comme ça donc cette écoute commençait par un petit handicap. Alors on se lance, histoire de voir si on arrive au bout d’une écoute. Et ça marche, alors on recommence, encore et encore.
    Pourquoi ? Parce que le ton pop est parfaitement (...)