Accueil > Critiques > 2022

Julie Lagarrigue - La Mue Du Serpent Blanc

vendredi 11 février 2022, par marc


Le classicisme n’est pas un repli, c’est un parti-pris esthétique, l’inscription dans une prestigieuse lignée. Si on est les premiers à déplorer que des artistes autrefois aventureux comme Pierre Lapointe s’y réfugient, on avait tout de suite accroché le wagon de Julie Lagarrigue. Tout en maintenant un style connu, elle fait évoluer son univers.

Classique donc mais pas vieillot non plus, on sent à la densité des sons, aux arrangements discrets et fouillés qu’on n’est pas là pour faire du café-concert, mais pour produire de la chanson française de qualité, celle qu’on verrait bien estampillée d’un label. Mais pour mériter ce label, il faut quelques qualités qu’on retrouve ici. Par exemple, les mélodies sont limpides pour que la simplicité suffise (Notre Secret, Nuits De Lumière). Question caution, on note la présence de l’ami Nicolas Jules.

Ses sujets ne sont pas liés à l’actualité mais restent foncièrement actuels. On ne peut que se reconnaitre dans J’me Cours Après et les thèmes forts et universels sont intemporels. Les relations mère-fille sont un sujet inépuisable traité avec une belle pudeur sur Ma Douce. Il y a moins de gouaille, plus d’émotion directe (La Mer Est Immense), voire des franches montées musicales (Si Tu La Voyais).

Il y a même un beat sur Regarde Comme Il Danse. Comme pour rétablir l’équilibre, elle enchaine avec Le Tango Des Squelettes, montrant que cette poussée hors du pré carré n’est qu’une incartade. Mais dans le contexte plus large de l’album, c’est ce tango qui apparait comme plus décalé, dans une veine plus humoristique. Il est très subtil, ceci dit, avec des cordes discrètes.

Même au sein d’une facture classique qui fait son charme, il y a des possibilités d’évolutions chez Julie Lagarrigue qui monte son niveau d’un nouveau cran. Et on est déjà impatients de voir où elle va nous emmener.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Julie Lagarrigue - La Mue Du Serpent Blanc 11 février 2022 11:12, par Laurent

    Quel plaisir de retrouver déjà cette artiste découverte récemment ici même... Le précédent album possédait un charme mystique qui le rendait à part, mais après trois écoutes consécutives, cette nouvelle collection de chansons s’infuse dans le cœur et se révèle tout aussi précieuse. Il y a de vraies perles sur ce disque, dont le classicisme n’a en effet rien d’académique ou de simpliste : j’appelle ça du raffinement.

    repondre message

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)

  • Bertier – Machine Ronde

    L’essoufflement est un phénomène bien connu en musique. Un des mécanismes pour le contourner est de s’entourer. Autour des deux membres fixes du projet (Pierre Dungen et Lara Herbinia), il y a toujours eu une effervescence créative, ce qui leur permet non seulement d’évoluer mais de présenter avec ce quatrième album une sorte de synthèse et leur opus le plus abouti et enthousiasmant.
    Chanson (...)

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)