Accueil > Musique > 2022 > A Place To Bury Strangers – See Through You

A Place To Bury Strangers – See Through You

vendredi 18 février 2022, par Marc


Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a distraitement passé notre tour pour leur précédente publication.

Les caractéristiques sont connues et maintenant éprouvées. Une rythmique hypnotique mais pas de voix sépulcrale ou de chant doom, pas besoin de ça ici pour impressionner l’auditeur. Techniquement, c’est du post-punk poussé dans ses derniers retranchements. Broken en est presque sautillant.

My Bloody Valentine a créé cette mode des sons déstructurés, démolis, comme enregistrés sur des bandes magnétiques passées au lave-linge. Mais ici, c’est plutôt au concasseur qu’elles ont été confiées. Mais même pour quelqu’un qui n’est jamais arrivé au bout de Loveless (voilà, c’est dit...), entendre ce procédé réactualisé est une satisfaction. Et puis il y a ces sons de guitare. A ce stade, on ne pouvait plus parler de distorsion. C’est tellement particulier que personne ne s’est risqué à les imiter et c’est suffisamment rare pour être signalé. N’oublions pas qu’une des occupations du leader Olivier Ackermann est de développer et produire des pédales de distorsion sous le nom évocateur de Death By Audio. Mais on sait depuis toujours que la formation est bien plus qu’un crash-test de matériel pointu. Impossible de se tromper donc en entendant les premières notes de So Low.

Il y a surtout de fameux morceaux, ce qui était un peu moins le cas dans un passé récent. On pense par exemple au gimmick entêtant de My Head Is Bleeding. On a son content d’adrénaline avec la déflagration impressionnante de So Low. Ce riff prend toute sa mesure dans ce contexte de chaos. Ils pratiquent aussi le flange à l’abrasion extrême de Ringing Bells. Anyone But You pourrait être un morceau pop dans des mains non trempées d’acide sonique quand Love Reaches Out et I Don’t Know How To Do It évoquent plutôt New Order joué à la perceuse. Let’s See Each Other est presque une respiration dans ce contexte tellurique.

Depuis les deux premiers albums, on a toujours eu tendance à déceler de l’assagissement chez la formation new-yorkaise. Si on se base sur des souvenirs presque lointains, la courbe semble s’inverser, les sons rudes qui font leur charme et nous ont tant impressionné quand ils ont déboulé de nulle part il y a quinze ans sont de retour et tant qu’à y aller fort, autant y aller trop fort. Certains groupes se sont établis en frontière, en limite du monde sonore connu et on voit mal qui pourra aller explorer au-delà d’A Place To Bury Strangers sans virer dans l’expérimentation non musicale et en gardant la ligne de morceaux emballants.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • A Place To Bury Strangers – See Through You 21 février 16:06, par Laurent

    Haha, c’est vrai que "Loveless" est assez chiant (contrairement à son prédécesseur). Ce dernier APTBS tient quant à lui bien la route, ma foi. Mention spéciale à la face B, beaucoup plus engageante : c’est relativement rare donc je souligne.

    repondre message

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)