Accueil > Critiques > 2022

Basia Bulat - The Garden

lundi 7 mars 2022, par marc


La relecture de ses propres morceaux n’est vraiment pas une idée neuve mais quand il y a un point de vue, une cohérence, une discographie solide, c’est souvent un exercice valorisant. On a dit tout le bien qu’on pensait de ce que Fink ou Patrick Wolf avaient fait de leurs œuvres, été plus mitigé sur le résultat des Tindersticks. La tellement attachante Basia Bulat s’y frotte également.

Le fil conducteur ne sera pas long à trouver, ce sont surtout des arrangements de cordes qui orchestrent ces morceaux pour cet album qui n’a rien d’un dégoulinant album symphonique. On note que parmi les trois arrangeurs il y a un certain Owen Pallett qui multiplie les bons coups tout seul ou en support, lui qui peut aussi bien être sur scène avec Arcade Fire ou enluminer les morceaux de Taylor Swift, Haïm ou Pierre Lapointe (échantillon vraiment pas exhaustif). Les autres sont Paul Frith et Zou Zou Robidoux, moins connus de nos services mais visiblement très à leur affaire.

Ces atours fonctionnent évidemment très bien. Et comme il y a 16 morceaux (4 fois plus que sur l’EP de remixes à base de cordes de Phoebe Bridgers), on puise allègrement dans une [belle discographie-486], avec presque tous ses morceaux phares. D’une manière générale, les versions ralenties sont les moins percutantes, I Was A Daughter ou Go On étant plus alambiquées que leurs percutantes versions originales. Au contraire, certains morceaux prennent encore plus d’ampleur comme Good Advice.

La voix de Basia Bulat est toujours magnifique, avec l’ultime classe d’en garder souvent sous la pédale même si ces relectures laissent de la place au chant. Pour ceux qui ont atteint 2022 sans entendre Basia Bulat, pourquoi ne pas commencer par ici ? Peut-être parce cet album prouve aussi par l’absurde à quel point ses morceaux sont bien produits sur ses albums et peuvent garder leur intimité sans renoncer à une certaine ampleur. C’est surtout en tant que bienvenue dose supplémentaire et comme éclairage oblique sur de très belles chansons que ces Garden Versions donnent leur meilleur.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)