Accueil > Musique > 2022 > Cloud Cult - Metamorphosis

Cloud Cult - Metamorphosis

mercredi 23 mars 2022, par Marc


Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.

La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par petites doses pour que la solution percole à plein (When You Reach The End), sans dériver vers le long morceau pompier. Et l’intimité fait place à l’ampleur, jamais au pathos.

Quand ça parle de paternité, c’est plus poignant que la berceuse standard (Back Into My Arms) et on ne peut qu’être désarmé par la franchise de Victor dédiée au père de Minowa.

There’s an old farm road that’ll lead your ghost to heaven / But I know you’re a little afraid / I wish I could still be that kid in the back of your Buick / Making sure you get there okay.

Ce sont les pensées d’un homme seul peut-être mais le sens du collectif est indéniable et culmine sur des morceaux comme l’opportunément nommé Bigger Than Me. Et il y a d’autres sommets comme le magnifique Song From Oblivion. Parce que les mélodies sont souvent renversantes (The Best Time) notamment.

One Way Out Of Hole rappelle forcément qu’on a aimé Arcade Fire il y a quelques années. On retrouve cette verve avec un plaisir immense en tous cas. Mais ce n’est pas la débauche d’effets tout le temps pour autant. Un violon, une guitare et c’est presque tout pour rendre Lady of the Hill tellement attachant avant d’encore une fois la tirer vers le haut. Et on décide de les suivre, résolument, sans aucune réticence. Et plusieurs écoutes plus tard, le doute n’est pas permis, c’est un de leurs grands moments discographiques. Et un des sommets de 2022, déjà.

Si cette verve, cet héroïsme fait maison de Cloud Cult ont un parfum de noughties, il faut constater que la formation du Minnesota n’a rien perdu de son sel et de son intérêt. Entre les thèmes tellement personnels et universels et une interprétation dont la vie elle-même semble dépendre, ils rétablissent avec l’auditeur des liens qu’on imagine indéfectibles. C’est beau et c’est fort...

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)

  • Spoon – Lucifer on the Sofa

    Quand on a entendu Gimme Fiction pour la première fois, on n’a pas compris l’ampleur de ce qu’on écoutait. Beaucoup de morceaux avaient marqué mais la place de cette formation et de cet album dans sa discographie n’étaient pas si manifestes. Il a fallu les impeccables albums sortis depuis et loués en ces colonnes pour se rendre compte que le groupe texan est sans doute un des derniers grands groupes trop peu connus. Pas un jardin secret pour passionnés, mais un incompréhensible manque de visibilité. (...)