Accueil > Musique > 2022 > Diego Philips – I Am Yuki : The Hiroshima Project

Diego Philips – I Am Yuki : The Hiroshima Project

vendredi 1er avril 2022, par Marc


Le hasard est étrange et il fait coïncider la guerre en Ukraine et une menace nucléaire brandie et cet album antimilitariste du Bruxellois installé à Londres Diego Philips. Très ému par une visite du musée de la paix d’Hiroshima, il écrit cet EP qui relate l’histoire d’un jeune garçon appelé Yuki, qui voit sa vie être complètement bouleversée par les bombardements.

On retrouve le côté folk-pop toujours plaisant de Diego. Le bon côté c’est que ce n’est absolument pas plombant malgré le propos mais une oreille distraite ne détectera jamais la profondeur. Quand on écoute The Final Cut, on comprend le contexte sans même avoir besoin d’en décoder les paroles. Ou peut-être que c’est notre acception de l’album-concept qui est étriquée. C’est moins immersif donc mais on dira que ça fonctionne sur deux plans.

La musique n’est pas gentillette pour autant. Si en surface la base est une musique folk-pop accessible, il y a plusieurs couches. Comme sur l’album qu’on avait apprécié, le ton peut monter, nous gratifiant de moments de musique qui valent à eux seuls le déplacement, comme cette guitare très libre et une rythmique qui s’emballe sur End Of The World (Part. II). Et puis surtout, c’est beau et certains morceaux se distinguent comme Goodnight Little Boy ou End Of The World (Part. III) où la chanteuse Magda Skyllbäck dégage toute l’intensité voulue.

Un beau sujet et une belle réalisation, voilà ce qu’on peut conclure de cet I Am Yuki même si la forme ne laisse rien deviner du fond. Ce n’est évidemment pas une réticence parce que le plaisir de l’auditeur est là. Et surtout, cet EP confirme que Diego Philips est un auteur qui peut développer un univers.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)