Accueil > Critiques > 2022

Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

lundi 25 avril 2022, par Marc


On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.

Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes de réponses. On ne peut pas se cacher, trouver des artifices. Les mélodies sont à nu (celle de Father est très belle), les paroles sont exposées, la belle voix chaude aussi. Vous aurez compris que tout est là pour que ça fonctionne, avec ce petit plus aussi difficile à définir que facile à accepter. Les paroles sont clairement exposées et on se laisse toucher par la simplicité de Memories, par ces souvenirs forcément personnels, ce qui peut être une des raisons de la connivence.

Le tout est rehaussé de discrètes cordes ou d’un harmonica, voire d’un rien de chœurs (mieux dosés que chez Leonard Cohen, je vous rassure tout de suite). Pas de nudité donc, l’austérité n’est pas de mise même si le recueillement est plus à l’ordre de jour que les libations. La facture est donc très très classique mais si ce n’est pas perturbant pour vois (pourquoi d’ailleurs), cet EP a la longueur idéale pour apprécier sans lassitude un univers pétri de talent.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)