Accueil > Critiques > 2022

 !!! - Let It Be Blue

mercredi 25 mai 2022, par marc


Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.

Une oreille distraite aurait sans doute du mal à attribuer à !!! L’acoustique Normal People. Pourtant les presque 20 ans de fréquentation du groupe new-yorkais nous ont habitués. Mais ils rebranchent la machine à groove tout de suite même si le tempo ne s’emballe pas tout de suite. Le fondant Storm Around The World se voit suivi sans pitié par une house teintée de références latino (et un poil irrésistible) qui nous pousse à nous rapprocher de la piscine.

De loin, c’est très cohérent, avec un tempo qui varie. De près, c’est du coq-à-l’âne permanent, avec des gimmicks à foison (Panama Canal, Creazy Talk) et même une reprise claquée au sol du Man On The Moon de REM. On pourrait rester à l’écart de cette house a priori peu sudoripare mais on reste captés parce que l’équilibre avec un songwriting plus classique fonctionne. Mais ils retournent invariablement au bar (Here’s What I need To Know).

Peut-être qu’on pardonne beaucoup aux vieux amis. Peut-être aussi que ces amis-ci ont énormément de talent. Sans doute aussi qu’on aime qu’ils teintent leur énergie d’une forme de spleen qui fait mouche. Bref ils ne lâchent pas l’affaire et nous non plus.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)