Accueil > Critiques > 2022

 !!! - Let It Be Blue

mercredi 25 mai 2022, par marc


Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.

Une oreille distraite aurait sans doute du mal à attribuer à !!! L’acoustique Normal People. Pourtant les presque 20 ans de fréquentation du groupe new-yorkais nous ont habitués. Mais ils rebranchent la machine à groove tout de suite même si le tempo ne s’emballe pas tout de suite. Le fondant Storm Around The World se voit suivi sans pitié par une house teintée de références latino (et un poil irrésistible) qui nous pousse à nous rapprocher de la piscine.

De loin, c’est très cohérent, avec un tempo qui varie. De près, c’est du coq-à-l’âne permanent, avec des gimmicks à foison (Panama Canal, Creazy Talk) et même une reprise claquée au sol du Man On The Moon de REM. On pourrait rester à l’écart de cette house a priori peu sudoripare mais on reste captés parce que l’équilibre avec un songwriting plus classique fonctionne. Mais ils retournent invariablement au bar (Here’s What I need To Know).

Peut-être qu’on pardonne beaucoup aux vieux amis. Peut-être aussi que ces amis-ci ont énormément de talent. Sans doute aussi qu’on aime qu’ils teintent leur énergie d’une forme de spleen qui fait mouche. Bref ils ne lâchent pas l’affaire et nous non plus.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)