Accueil > Critiques > 2022

Perfume Genius – Ugly Season

lundi 11 juillet 2022, par marc


Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.

Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des résidences à Seattle, Minneapolis, New York et Boston au cours de l’année 2019. Gageons aussi que ce contexte pousse Hadreas à expérimenter un petit peu (voire beaucoup comme on le verra) et le résultat prend de toute façon la forme d’un album cohérent qui n’a aucunement besoin de son support dansé pour convaincre.

Si on retrouve vite son délicat falsetto sur Teeth, la palette vocale prend vite la tangente, sa façon de poser sa voix peut évoquer Jamie Stewart (Xiu Xiu) sur Just a Room. Mais les émotions sont aussi purement musicales comme Herem et ses imposants soubresauts d’orgue, avec un retour au calme est quasiment immédiat.

Pour le reste, c’est un voyage étrange et luxuriant (les échos de voix de Pop Song) qui peut aussi déranger par moments, le piano de dérangé de Scherzo ou un morceau comme Hellbent ne prennent pas vraiment l’auditeur par la main mais dégagent une sacrée tension. Et on aura rencontré au passage le reggae éthéré de la plage titulaire, comme du dub sous acide, ou alors l’étrange groove d’Eye In The Wall, magnifique morceau truffé de sons minimal et glitch auxquels on est toujours sensibles.

Impossible de faire le chemin en arrière mais on sait que l’écriture délicate et l’émotion à fleur de peau sont toujours là, non plus comme une fin en soi mais comme une expérience, un socle sur lesquels ces morceaux subtils et complexes peuvent se reposer. On souligne à chaque fois à quel point l’évolution de Mike Hadreas est impressionnante. Certes, ils sont loin les débuts timides mais ceci est une œuvre d’art contemporain, manifestation d’un artiste doué à son sommet.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)