Accueil > Critiques > 2022

Pomme – Consolation

lundi 19 septembre 2022, par Marc


On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) et un troisième album qui devait entériner tout ça.

On l’a déjà dit, ce qu’on publie n’est qu’une petite partie de ce qu’on écoute. Les Failles fait partie de ces albums qui prennent leur temps, attendent leur heure. D’ailleurs, privilégiez la version augmentée Les Failles Cachées. Une fois entré dedans, plus moyen d’en sortir, et ça raccourcit notablement le round d’observation de cette Consolation.

Ce n’est plus l’impeccable Albin de la Simone qui est aux manettes mais Flavien Berger. Mais si la coloration est légèrement différente, moins organique peut-être, elle reste cohérente avec son univers. On notera qu’elle officie toute seule sur trois morceaux et que ce sont ceux qui sortent du plan de base de l’album. When I C U qui prouve à la fois qu’elle peut s’en sortir la tête haute en anglais tout en montrant qu’elle perd un peu en singularité hors de sa langue. Les deux autres incartades sont un inintelligible morceau sur son chien (pas passionnant Puppy) ou un bel hommage à Barbara (B.) avec la voix gorgée d’effets.

Mais ce n’est pas un album qui compte parce qu’on apprécie la démarche mais bien parce qu’il y a des morceaux magnifiques. On le sent dès les cordes du Jardin, dans les mélodies parfaites de Dans Mes Rêves ou La Rivière ou Allô ou Nelly. Il y a toujours autant de place pour la voix et c’est un bon et logique choix.

Du côté des thèmes, elle semble apaisée mais ce n’est pas non plus un album de bonheur béat. La consolation peut venir d’un retour à la nature, à l’enfance (Dans Mes Rêves), de la présence de personnalités féminines fortes (Nelly, B.). Evidemment Tombeau ne peut pas être amusant mais la beauté prime la tristesse, ce qui est un message en soi. Elle avait déjà trouvé la façon d’être émouvante sans pathos et son don est intact.

Non, Consolation n’est pas un album qui saute à la gorge. S’il est immédiatement beau, seule une écoute plus attentive permet d’en tirer tout le suc. Cette intimité ne peut pas être flashy de toute façon mais une fois happés, on n’y échappe plus. Moins viscéral sans doute que son prédécesseur, il confirme néanmoins Pomme comme une des artistes francophones majeures.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)