Accueil > Musique > 2022 > Nadine Khouri - Another Life

Nadine Khouri - Another Life

mercredi 23 novembre 2022, par Marc


Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On sait que c’est un album recueilli, qui impose son propre rythme mais qui se révèle invariablement gratifiant pour tout qui saura s’y attarder.

Donc si la voix n’est pas identique, on ne peut s’empêcher de la situer dans l’axe Hope Sandoval - Marissa Nadler (Box of Echoes). On constate depuis le premier album que les ressemblances avec d’autres artistes s’estompent, que la personnalité s’affirme encore. Si c’est la voix claire qui emporte l’adhésion en premier, il y a aussi bien d’autres raisons d’y revenir. Par exemple cette guitare qui vient relever le milieu de Keep On Pushing These Walls, un des sommets indéniables de cet album. Ou alors le sax profond de Lo-Fi Moon, morceau presque arrêté par ailleurs.

Gageons que la présence de John Parrish (CV à rallonge dominé par ses collaborations avec PJ Harvey) n’est pas étrangère à cette excellence. N’attendez d’ailleurs aucune baisse de régime, aucune scorie dans ce lent voyage qui reste beau quand il s’aventure jusqu’au mid-tempo (The Broken Light).

Le commentaire d’un album pareil est bien plus compliqué que l’écoute, fluide et gratifiante. Pas ramenarde pour un sou, la musique de Nadine Khouri reste classieuse, c’est une musique de garde, de celle qui va défier les époques et les modes, un bout d’éternité disponible dès maintenant.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)