Accueil > Critiques > 2022

Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

mercredi 21 décembre 2022, par Marc


On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation.

Comme un Tom Waits part d’un substrat identifié (l’americana, en gros) pour imposer sa personnalité, Nicolas Jules prend la tangente avec succès. La voix n’est évidemment pas aussi typée mais parfaitement en adéquation avec cette musique. C’est traditionnel par certains aspects mais aussi très moderne et très personnel. Pris comme un tout, cette forme s’éloigne des canons qu’on avait cru identifier. Avec une pulsation sur Mon Bengale, morceau qui frappe fort et juste.

Et même quand on sort le fiddle le résultat est plutôt unique (Timide, Jardin Secret Jardin Public). On pourrait y voir une version plus terrestre d’Andrew Bird. Il faut donc le confronter à d’autres artistes singuliers, ce qui revient à le considérer lui-même comme seule référence. On notera aussi que les mélodies (Orties, Bicyclette) maintiennent le tout, le rendant accessible et attachant. C’est le contraire d’un album expérimental.

Les textes aussi se font de plus en plus ciselés, se permettant quelques fulgurances, trouvant un équilibre entre évocation et une vraie réalité, avec une certaine ironie jamais cynique (Les Etoiles Dans Le Lac).

Y a des gars qui bossent/A bien aligner les tulipes/Moi je bosse au désordre/Nous formons une belle équipe

Nicolas Jules a tout pour devenir bien plus qu’un trésor caché. Le tour que prend sa discographie nous le rend en tous cas indispensable. Si la tendance se confirme, on attend de pied ferme un excellent cru 2023.

Seule une version physique existe, ça se trouve ici

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. (...)