Accueil > Critiques > 2022

Bird Voices - Mirage

lundi 16 janvier 2023, par marc


Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent facilement les unes des autres avec une solidité et une variété indéniables. Bref, on a senti dès les deux singles qu’on allait les suivre et l’album confirme ces excellentes dispositions. Locomotive est un très engageant départ

Comme Thousand, ils ont opté pour un nom anglais pour s’exprimer en français. Si le mélange fonctionne aussi en acoustique avec arpèges et harmonica (Sous Les Lampadaires), c’est surtout quand ils pratiquent le funk electro hors d’âge (Le Geôlier), du jazz plus ancien (Mirage), acide comme il faut (Cette Valise) ou un air de rock planant seventies (Le Puits) qu’ils donnent toute leur mesure. Signalons que ce n’est jamais passéiste non plus.

Et ça raconte des histoires, des souvenirs, voire carrément un roman noir (Lily). C’est enlevé, pas sentencieux et la voix grave captive. L’ambition est une qualité saine, surtout si on se donne les moyens de l’assumer. Et le duo ne manque pas de ressources comme en témoigne ce premier album vraiment enthousiasmant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)