Accueil > Critiques > 2023

H-Burns - Sunset Park

mercredi 1er mars 2023, par marc


La découverte d’un artiste qui nous plait s’accompagne toujours d’un sentiment de plaisir souvent teinté d’une pointe de mélancolie. Combien y en a-t-il d’autres, de pépites cachées ? On ne pourra pas répondre de façon définitive bien évidemment, on va se contenter de partager le coin à champignons qui d’ailleurs a été débusqué comme souvent par Laurent. Il aura fallu seize ans de carrière tout de même pour qu’on trouve la trace de Renaud Brustlein.

Comme pourThe Fitzcarraldo Sessions ou Valparaiso, c’est Dominique A qui avait indiqué la bonne direction sous forme d’un duo qu’on entend ici (le magnifique Dark Eyes). On peut dire qu’il maitrise vraiment cet art délicat. Logiquement, notre rabatteur évoque The National et on n’éludera pas la comparaison ici. Surtout quand une rythmique nerveuse appuie des cuivres languides sur Morning Flight. C’est même assez flagrant. On retrouve cette batterie impatiente sur Late Bloomers et ce mélange de mélancolie et d’entrain fonctionne toujours quand il est pratiqué avec brio. Plus que la voix donc, la batterie semble le point de rapprochement le plus évident, surtout quand les riffs sont troublants (Different Times).

Donc oui, on peut parler de mimétisme, d’emprunt large même mais fort heureusement, le timbre de voix est assez différent, évitant toute confusion. Et éludant une partie de l’incomparable magie du gang Dressner Berninger par la même occasion, ne nous en cachons pas non plus. Il y a de clairs moments de grâce ici, dégageant une intensité qu’on ne soupçonnait pas. En se renseignant un peu, on apprend que cet album a été élaboré en compagnie de David Chalmin (collaborateur de Rufus Wainwright et arrangeur pour The National) et Ben Lanz (membre de Beirut, musicien de tournée avec The National et Sufjan Stevens et membre de LZNDRF avec deux entités de la-formation-que-vous-devinez), bref, il s’est servi à la source.

Ces références s’éventent au fil des écoutes de toute façon, et c’est heureux. Parce qu’on a aussi des plaisirs différents et un gimmick bien senti sur l’immédiat Familiar ou juste ce qu’il faut de distorsion pour que la ballade Movie décolle pour de bon. Espérons qu’à notre instar d’autres se pencheront sur le cas de H-Burns. Une de nos missions est de faire sortir les trésors cachés de leur cachette. Encore un de débusqué donc.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • H-Burns - Sunset Park 5 mars 2023 11:14, par CaptainGlumy

    Je vous conseille l’album "Night Moves" (2015) de H-burns :)

    repondre message

    • H-Burns - Sunset Park 5 mars 2023 15:37, par Marc

      Merci pour le conseil, je vais aller écouter ça !

      repondre message

    • H-Burns - Sunset Park 8 avril 2023 11:19, par Francois

      Oui. "Night Moves" est leur meilleur album pour moi.

      Marrant que vous ne découvriez H-Burns que maintenant alors que vous êtes très très pointus à mes yeux. Comme quoi, il y a toujours à découvrir.

      Le dernier album m’a traversé dans l’indifférence (mais je vais lui redonner une seconde chance). Je le trouve un poil surproduit/surjoué

      repondre message

      • H-Burns - Sunset Park 12 avril 2023 07:24, par Marc

        C’est dingue le nombre d’artistes à côté desquels on passe ! Je vais donc aller fouiller du côté de Night Moves donc, merci pour le tuyau.

        repondre message

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)