Accueil > Critiques > 2023

Buridane – Collette Fantôme

mercredi 31 mai 2023, par marc


Après Auren qu’on avait découverte grâce à une collaboration avec Jeanne Cherhal, voici une autre inconnue de nos services qui vient nous rappeler à quel point les découvertes francophones sont un puits sans fond connu. Dans le sillage d’une Daphné, cet album court en partie articulé autour de la personnalité de Collette nous présente Buridane.

Sa forme est facile et relativement classique mais sans aucune référence à de glorieux anciens. Et c’est rafraichissant dès le chaloupement de Colette Fantôme. On aime l’intensité légère de Slave par exemple, ou alors le trip-hop plus mystérieux ce Pluie Vaudou. Ou encore le single Pourquoi Tu M’Fais Pas ? qui se fait plus aventureux. Bref, du vrai bon boulot de la part de Féloche à la manœuvre ici. Seul le beat de Ni Kalifa Ala Ma apparait comme plus tchac-boum et contraste avec la subtilité du reste.

Au niveau du contenu, un des moments les plus frappants est la question intemporelle du (non-)désir de maternité. On n’a que rarement eu un point de vue aussi frontal et sincère sur la chose et ce Pourquoi Tu M’Fais Pas ? écrit par Pauline Croze est salutaire. Cette réflexion est d’ailleurs prolongée ailleurs.

On se demande encore/si mettre au monde/Ne veut pas dire mettre à mort (Chasser La Nuit)

Signe qui ne trompe pas, c’est très beau quand c’est dépouillé sur Tombeau ou Chasser La Nuit. Et puis ce n’est jamais plombant non plus, ce qui lui permet d’être plus profonde qu’il n’y parait, et nous permet d’y revenir souvent. Bref, si vous cherchez des chanteuses françaises attachantes, voici encore une proposition qui fait mieux que tenir la route.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Buridane – Collette Fantôme 3 juin 2023 17:02, par Laurent

    Pluie Vaudou fait tellement penser à Goldeneye qu’on pourrait croire que tu as publié cette critique en hommage à Tina Turner...

    Sinon, merci de donner des nouvelles de Féloche, je me demandais ce que ce garçon (excellent arrangeur, de fait) était devenu.

    Buridane est en tout cas une chouette artiste (de plus !) à rapprocher d’autres chanteuses que tu nous as fait découvrir, comme Gabrielle Verleyen ou Julie Lagarrigue.

    repondre message

    • Buridane – Collette Fantôme 5 juin 2023 16:55, par Marc

      Ah oui tiens, j’étais complétement passé à côté de la ressemblance avec le morceau écrit par Bono et The Edge. Mais c’est assez flagrant une fois qu’on l’a signalé.

      C’est dingue le nombre de chanteuses qu’il reste à découvrir. Surtout qu’ici, ce n’est vraiment pas une débutante.

      repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)