Accueil > Critiques > 2005

The Tears : Here Come The Tears

mercredi 23 août 2006, par marc


Certes, j’aurais pu énumérer les frasques des deux comparses de Suede Brett Anderson et Richard Butler depuis leur tapageuse séparation. Mais l’essentiel tien là, dans nos mains, ils se sont rabibochés et surtout remis au travail.

A la première écoute, l’esprit Suede est tellement présent que je ne vois pas l’intérêt d’avoir changé le nom du groupe. Mais rien ne retient l’attention, même si les recettes qui faisaient le succès du défunt groupe : ces ambiances à la David-Bowie-goes-Britpop sont bien là.

Et puis, à force d’acharnement, on se surprend à trouver ça bien composé, bien exécuté (Autograph, Imperfections, Lovers), même s’il n’y a vraiment rien de neuf comparé à un album comme Coming up de Suede par exemple. Ce n’était pas le but mais ce ne sont qu’un paquet de chansons qui font toujours de l’ample, du tarabiscoté. Si certains chansons diluent l’intérêt (Two creatures - The asylum), la voix toujours aussi singulière de Brett Anderson et la personnalité des morceaux plus langoureux (The ghost of you, Co-star) emportent la mise. Au long des les écoutes néanmoins, on ne s’est pas fait rouler, on a découvert de nouvelles chansons de Sued.. Heu, The Tears quoi... Et c’est déjà ce de pris pour les fans. Et c’est une occasion de rattrapage pour les autres.

Vous êtes en droit de penser que cette critique est bien indigente pour vous faire un avis. Ca ne peut pas marcher à tous les coups non plus... (M)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)